L'Union Paysanne 25 septembre 2015 à 08h00 | Par Richard Zizert

Les produits locaux s’invitent dans les restaurants scolaires

La cantine scolaire de Cublac expérimente depuis dix-huit mois l’approvisionnement en produits locaux grâce au réseau initié par la Chambre d’agriculture de la Corrèze.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le dispositif d'approvisionnement local fonctionne, mais il faut convaincre plus de producteurs d'y participer
Le dispositif d'approvisionnement local fonctionne, mais il faut convaincre plus de producteurs d'y participer - © Richard Zizert

Ce mardi 15 septembre 2015, les élèves de l’école de Cublac ont dégusté un menu très local. Pour l’occasion, le chef du restaurant scolaire avait concocté des plats composés de produits issus des circuits courts. On pouvait

retrouver des tomates et des pommes de terre de Brignac la Plaine, du bœuf de Vars sur Roseix, du fromage d’Allassac ou encore des fraises de Brignac.

 

Des enfants ravis

Les enfants finissent leurs assiettes, crient haut et fort que c’est bon. Un constat qui satisfait pleinement le cuisinier, Jérôme Mazière. «Avec les enfants, au moins, c’est direct, je sais rapidement si c’est bon ou pas. Mais force est de constater que les plats préparés maison avec les produits du coin ont fortement contribuer à réduire le gaspillage. Les assiettes sont souvent vides». Un avis partagé par le maire de la commune, Jean-Marc Brut, «Je reconnais avoir été frileux au démarrage il y a dix-huit mois. Mes principales craintes concernaient la régularité et les horaires de livraison en produits au cours de l’année, mais aussi le coût. Il était hors de question d’augmenter le prix d’un repas pour que cela se répercute sur la facture finale aux familles. Aujourd’hui, le pari est gagné, moins de gaspillage et des coûts maitrisés».

«Mais cette réussite, on la doit à un véritable professionnel», confie le maire de Cublac. En l’occurrence, Jérôme Mazière. Ce cuisinier professionnel depuis quinze ans est un chef aguerri qui n’a pas craint le challenge qui lui a été proposé. «Manuellement, c’est forcément un peu plus compliqué pour la confection des repas, notamment dans la calage des livraisons avec les huit producteurs, mais c’est bien plus intéressant qu’avant», confie-t-il.

Retrouvez la suite de cet article dans votre journal.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui