L'Union Paysanne 14 novembre 2014 à 08h00 | Par Richard Zizert

Manifestation syndicale - 5000 à crier leur ras-le-bol des normes et des contraintes

Suite à l’appel à mobilisation nationale de la Fnsea - JA, cinq mille agriculteurs se sont réunis à Toulouse, dont le département de la Corrèze qui fait partie de la délimitation Adour Garonne concernant les zones vulnérables. Un rassemblement qui s’est déroulé dans le calme et qui a permis de faire entendre les revendications des agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une délégation de la Fdsea et JA Corrèze avait fait le déplacement à Toulouse pour affirmer leur mécontentement.
Une délégation de la Fdsea et JA Corrèze avait fait le déplacement à Toulouse pour affirmer leur mécontentement. - © Richard Zizert

Une dizaine de départements s’était donné rendez-vous le 5 novembre à Toulouse pour une action coup de poing qui visait à exprimer leur ras-le-bol administratif et écologique avec notamment en ligne de mire le placement de mille neuf cents communes françaises en zone vulnérable.

Une centaine de corréziens a fait le déplacement, que ce soit en car ou en voiture pour se joindre aux autres départements. Divisé en trois points stratégiques dans Toulouse, les cortèges se sont tous rassemblés sur l’allée Jean Jaurès, dans le centre de Toulouse, pour faire entendre leur mécontentement. Plus de quatre cents engins agricoles avaient également été acheminés pour l’opération.

Mais avant ce rassemblement, le cortège dont faisait partie la Corrèze s’est retrouvé à 9 h 30 à la cité administrative de Toulouse, où se trouve la Dreal, l’agence de l’eau, responsable du classement de plusieurs communes françaises en zone vulnérable aux nitrates. Sur place, les agriculteurs ont procédé à un épandage de fumier tout autour du bâtiment, ainsi qu’à chaque entrée, bloquant ainsi l’entrée et la sortie des individus.

L’action s’est toutefois réalisée dans le respect des riverains et les agriculteurs n’ont créé aucun incident, ni débordement. Symboliquement, ils ont remplacé le drapeau européen de la façade par ceux de la Fnsea et des Jeunes Agriculteurs.

 

A l’appel de la FNSEA et de JA, 92 départements ont été en action sur les dernières vingt-quatre heures. Cette mobilisation exceptionnelle et réussie traduit bien la crise morale qui mine nos campagnes depuis de longs mois. Sur tout le territoire, des agriculteurs se sont réunis pour dénoncer l’empilement des réglementations et leur perte de confiance en l’avenir face aux difficultés croissantes d’exercer leur métier.

 

La préfecture et la cité administrative taguées

La veille de cette mobilisation nationale, les Jeunes Agriculteurs de la Corrèze (une vingtaine) ont voulu faire entendre leur voix en se rendant à Tulle à la préfecture et la cité administrative. Des slogans évocateurs ont ainsi été tagués sur la route et les murs : «Manger sain, manger corrézien», «Z’hommes vulnérables, merci qui ?», «Contraintes, obligations, normes», «Gardons nos emplois, mangeons des produits locaux», «Agri sans avenir = chômeurs à venir», «SOS Agri demain chômeurs».

- © Richard Zizert

Ils ont dit...

 

«Bravo à tout le monde pour cette formidable mobilisation, vous êtes exceptionnels. La manifestation s’est passée dans le respect de chacun, sans incident malencontreux ou inutile ! Vous pouvez être fiers de vous ! Grâce à cette formidable mobilisation, nous avons su donner une image positive mais avant alerter les autorités politiques que des décisions clés et primordiales devront être prises dans les prochaines semaines. Nous n’en pouvons plus d’être étouffé par toutes ces contraintes, nous avons réagi de manière solidaire et le gouvernement doit s’attendre à une fermeté de nos positions encore plus tranchées si nos revendications ne sont pas entendues !»

Dominique Barrau, Secrétaire Général de la Fnsea, présent à la manifestation syndicale à Toulouse

 

«Tout d’abord, je tiens à remercier l’ensemble de mes confrères corréziens qui a fait le déplacement depuis notre département. Cette très forte mobilisation montre l’exaspération de toute une profession face à cette surcharge de contraintes, la directive nitrates en premier lieu. En Corrèze, il sera impossible de mettre en place les mesures imposées par le cahier des charges de la directive nitrates et les investissements de mise aux normes demandés seront désastreux. L’ensemble de la profession fera front jusqu’à ce que nos revendications soient toutes entendues et qu’une sortie de crise soit trouvée».

Daniel Couderc, Président de la Fdsea Corrèze

 

«Merci à vous tous pour votre mobilisation, sans vous, chers amis elle n’aurait pas eu lieu. C’est grâce à des mobilisations comme celle-là que je suis fière d’être président des Jeunes Agriculteurs de la Corrèze. Merci à vous et rester vigilant car la route est encore longue. Mais notre unité sera notre Force ! Merci encore.»

Jérôme Pascarel, président des Jeunes Agriculteurs Corrèze

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui