L'Union Paysanne 26 septembre 2014 à 08h00 | Par Richard Zizert

Mobilisation - Non à l’écologie punitive, Oui au bon sens paysan

Près de deux cent agriculteurs sont partis de la cité administrative en direction de la préfecture le 18 septembre dernier afin de protester contre le classement de quinze communes en zones vulnérables, suite à un appel à mobilisation lancé par la Fdsea et JA Corrèze.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
"Aujourd'hui agriculteurs, Demain chômeurs, Que font nos élus" Symbolique, cette phrase prouve l'exaspération grandissante et perceptible émanant de la profession agricole.
"Aujourd'hui agriculteurs, Demain chômeurs, Que font nos élus" Symbolique, cette phrase prouve l'exaspération grandissante et perceptible émanant de la profession agricole. - © Richard Zizert

Un sentiment d’exaspération était perceptible. Les agriculteurs sont venus nombreux pour faire entendre leur mécontentement et leur colère contre les nouvelles contraintes environnementales. Un trop-plein qui étouffe de plus en plus ces agriculteurs.

Pour dénoncer ces contraintes, suite aux nouvelles décisions concernant la directive nitrates, la Fdsea et les JA de Corrèze avaient appelé à un rassemblement sur le parvis de la cité administrative à Tulle. Le cortège s’est élancé dans une marche symbolique vers la préfecture avec à leurs cotés deux tracteurs, l’un tirant une remorque de fumier, l’autre une tonne à lisier remplie d’eau.

Les agriculteurs ont de plus étendu du fumier sur la route les ralliant à la préfecture parfumant les rues de Tulle d’une bonne odeur campagnarde. Une fois arrivé à la préfecture, le reste du fumier a symboliquement été déversé devant l’entrée bloquant ainsi l’accès. Puis la tonne à lisier a déversé son contenu inondant la place devant la préfecture.

Une délégation avec en tête Daniel Couderc, président de la Fdsea 19 et Jérôme Pascarel, président JA 19, a été reçue par Monsieur le Préfet, Bruno Delsol. A cette occasion, la délégation a tenu à alerter le préfet du climat tendu et de l’exaspération de l’ensemble des agriculteurs face à ce mille-feuille de contraintes et de normes.

Le préfet a assuré que 
des analyses seront faites pour déterminer l'origine des teneurs en nitrate. Une requête jugée trop juste pour la délégation Fdsea-JA.
Le préfet a assuré que des analyses seront faites pour déterminer l'origine des teneurs en nitrate. Une requête jugée trop juste pour la délégation Fdsea-JA. - © Richard Zizert
Jérôme Pascarel, président JA à droite, et Daniel Couderc, président Fdsea 19 à sa gauche
Jérôme Pascarel, président JA à droite, et Daniel Couderc, président Fdsea 19 à sa gauche - © Richard Zizert

Déclaration des Présidents de la Fdsea et des Jeunes Agriculteurs Corrèze, Daniel Couderc et Jérôme Pascarel

Il faut savoir parfois dire les choses autrement que de manière édulcorée ou trop «convenable» lorsque l’incompréhension est et devient générale. Alors allons-y tout net, disons les choses et affirmons qu’il est nécessaire de dire que «les paysans ne sont pas des salauds» ! Ces mots-là peuvent choquer mais ils ne seront jamais aussi forts que les sentiments d’injustice perçus par une grande majorité d’agriculteurs. Montrés du doigt, ou jetés en pâtures, ils deviennent la minorité sur laquelle il «faut» taper ou plutôt sur laquelle il est facile de cogner. Toutes les idées reçues continuent d’opérer. Pollueurs, nourris au lait des subventions, conservateurs, inutiles, les adjectifs négatifs se chevauchent comme autant de vérités assénées au plus grand nombre. Et l’on commence à trouver cela normal !

Entravés et critiqués dans l’exercice de leurs métiers, obligés de se justifier sur tout, les paysans corrèziens n’en peuvent plus. Leurs qualités, leurs formations, leurs volontés de bien faire sont occultées par l’exemple qui tue, le jugement rapide, ou la vindicte facile. On les contrôle plus que n’importe quel délinquant. Exagération sûrement pas ! Il suffit de parler à un paysan où qu’il soit sur le territoire pour savoir à quel point l’action du paysan est surveillée et épiée.

Le beau métier de nourrir le monde, n’est pas qu’un métier justement, c’est aussi une mission, ne l’oublions pas ! Sinon tout le monde passera à côté de la vérité mais aussi de l’intérêt du pays. Ne laissons pas à d’autres nous expliquer la vie et notre métier.

L’activisme n’est pas une morale. Les leçons de choses faites par quelques-uns et au nom de tous ne sont plus supportables. Chacun peut s’ériger en censeur et en juge, mais justement de quel droit ?

La terre est notre outil de travail (nous la protégeons), le bien-être animal, une référence quotidienne, la qualité des produits, un impératif journalier (nous la valorisons). Oui, il y a parfois eu des abus dans le passé. Bien sûr, il y a des brebis galeuses dans notre profession mais de là à jeter l’opprobre sur toute une profession en permanence, il y a un pas, des pas, à ne pas franchir.

Basta. Voilà nous disons Basta ! Il y a des familles, des hommes et des femmes, des enfants, des humains tout simplement devant toutes ces attaques. Taper sur l’agriculture est un privilège pour les grandes consciences et les petites cervelles. Les critiques permanentes ne tombent pas forcément dans la fosse à purin. Elles touchent, blessent, et font des ravages. Personne ne reste insensible à ces injustices insensées. Le regard du voisin se fait changeant. Les enfants d’agriculteurs à l’école ne sont pas épargnés par leurs camarades. La société se radicalise. Quel est l’objectif si ce n’est faire du mal peu ou prou gratuitement.

La Fdsea et les JA Corrèze défendent tous les agriculteurs, de toutes les productions, quoi que l’on pense d’elle. Dire stop aujourd’hui aux attaques sur le métier c’est dire que nous avons franchi un cap, celui du bon sens, de l’honneur et de la dignité. Ensemble, unis, soudés, rassemblés, montrons le vrai visage de l’agriculture française, un visage souriant même quand d’autres veulent faire la pluie et le beau temps.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui