L'Union Paysanne 07 février 2014 à 08h00 | Par VS

Objat - Venue de François Guillaume - Vaincre la faim dans le monde

Le dynamique père Nicolas Risso avec l’aide de l’équipe de l’ensemble Inter-Paroissial d’Objat, ont fait venir sur les terres corréziennes, le temps d’une journée marathon, François Guillaume, ancien président de la FNSEA et ministre de l’Agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le père Nicolas Risso (à gauche) et Francois Guillaume ont à eux deux animé plus de deux heures de conférences.
Le père Nicolas Risso (à gauche) et Francois Guillaume ont à eux deux animé plus de deux heures de conférences. - © FDSEA 19

En 1986 il avait cinquante-quatre ans quand il fut nommé ministre de l’Agriculture sous le gouvernement Chirac, ce qui peut vous donner une idée de son âge en 2014. Pourtant, après une journée de terrain et notamment la visite d’élevages et de la coopérative Perlim, François Guil-laume a tenu, devant une salle comble, en soirée, une conférence de deux heures au lycée agricole de Voutezac, en présence de nombreux représentants agricoles comme a tenu à le préciser le «contemporain» Père Risso, qui, preuve de modernité, préfère que nous l’appelions Nicolas.

Il n’est pas question d’âge ou de temps pour traiter le sujet intemporel de cette conférence, la famine, dont il est plus qu’urgent de se préoccuper. Vaincre la faim dans le monde pour en finir avec l’inacceptable est aujourd’hui le seul combat que mène l’ancien président de la FNSEA. Pour cela il a un plan, «le Plan Guillaume».

Le constat sur l’expérience

Aujourd’hui, François Guillaume a abandonné tout mandat politique pour se consacrer à son combat contre la faim dans le monde qui touche un milliard d’êtres humains. Tout en déployant les enjeux humanitaires, sociétaux, économiques, démographiques, politiques et même de foncier à l’échelle planétaire. François Guillaume a tenu un discours libre, parfois dur, sur ce fléau, en ayant un regard «macro-économique» critique sur plus de trente années de lutte.

«Les dirigeants agricoles doivent être plus revendicatifs… Ce ne sont pas les CDCEA (Commission Départementale de la Consommation des Espaces Agricoles) qui vont régler les problèmes de foncier… La France doit produire et a l’obligation de le faire pour nourrir les Français et pour nourrir le reste du monde… La gravité de la situation mondiale exige une mobilisation de l’opinion internationale sous forme d’une proposition planétaire».

Le Plan Guillaume

Fort de ses années d’expérience comme ministre de l’agriculture, François Guillaume a rencontré de multiples chefs d’États et élaboré un plan pour lutter contre la faim. Le «Plan Guillaume» se décline en quatre volets. La création d’une «Opep» (Organisation des pays exportateurs de pétrole) agricole visant à maîtriser les volumes de production et négocier les prix des produits agricoles. La mise en place de marchés communs dans l’hémisphère sud, à l’image de la Pac. Un Plan Mar-shall permettant d’octroyer une aide financière aux pays en «construction» agricole et la création de grands ensembles monétaires. Ce n’est pas en une soirée qu’il est possible de comprendre toutes les subtilités de ce plan, ceci étant François Guillaume se défend de proposer quelque chose face à des détracteurs agronomes «qui eux ne proposent rien».

Tout autant de franchise et de liberté dans les échanges «d’après conférence», qui ont soulevés de réelles interrogations, notamment l’utilisation des OGM pour vaincre la famine et la remise en cause des biocarburants.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui