L'Union Paysanne 16 juin 2010 à 10h10 | Par Loic MALLET

Ovin - Les éleveurs d’ovins se tournent vers l’avenir

Le Syndicat Ovin de la Corrèze a tenu son assemblée générale le 28 mai 2010 à Tulle en présence de Michèle Delesvaux, secrétaire générale de la Fédération nationale ovine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Jean-Pierre Nadin (Mairie de Brive), Alice Triquenot (DDT), Michèle Delesvaux, secrétaire générale FNO et Gisèle Bourdet, Présidente du SOD.
De gauche à droite : Jean-Pierre Nadin (Mairie de Brive), Alice Triquenot (DDT), Michèle Delesvaux, secrétaire générale FNO et Gisèle Bourdet, Présidente du SOD. - © DR

Le Syndicat ovin est l'interlocuteur privilégié des éleveurs ovins de la Corrèze. Il fédère les éleveurs ovins dans un syndicat neutre pour renforcer la représentativité de la production ovine dans les négociations avec les responsables professionnels et les Pouvoirs Publics.
Le rééquilibrage des aides en faveur de la production ovine étant obtenu, le Syndicat Ovin a concentré son activité sur le maintien des brebis en Corrèze. En communiquant sur les conditions du rééquilibrage et de l'impact qu'il aurait dans les exploitations ovines. Mais aussi en sollicitant les élus et les Pouvoirs Publics pour les informer des difficultés que rencontraient les éleveurs durant l'année 2009.
En participant à des manifestations comme le Festival de l'Elevage à Brive la Gaillarde, le Syndicat Ovin contribue au maintien de l'image de marque que la production entretient auprès du grand public. Mais aussi, en participant à la mise en place de journée technique, le syndicat ovin soutient les éleveurs dans l'évolution de leur métier et les nouvelles difficultés auxquelles ils sont confrontés. «Ces journées techniques permettent aux éleveurs de se tourner vers l'avenir et de réfléchir ensemble aux leviers qui permettent d'améliorer notre revenu» souligne Gisèle Bourdet, Présidente du Syndicat Ovin.

 

 

Les éleveurs.
Les éleveurs. - © DR

Table ronde

Une table ronde animée par Michèle Delesvaux (FNO) intitulée «que vont devenir les exploitations ovines Corréziennes ? Les nouveaux défis pour l'après 2013 ?» a permis aux éleveurs de faire le point et de réfléchir à l'avenir.
Les éleveurs ont besoin de faire part de leurs inquiétudes : Quelles orientations va-t-on donner aux soutiens à la production ? Quels seront les outils de régulation de marché qui permettront de maintenir le prix après 2013 ? Existeront-ils encore ? A ces questions, Michèle Delesvaux ne peut pas répondre directement. C'est la Loi de Modernisation Agricole qui se négocie actuellement qui définira les outils de soutiens. Mais pour la Secrétaire Générale de la FNO, cela passera par une restructuration de la filière ovine (maillage des abattoirs et des organisations de producteurs) mais aussi par la contractualisation avec les distributeurs.
Enfin, le maintien de la production ovine dans notre département passera par l'installation des jeunes. Michèle Delesvaux a donc conseillé aux Administrateurs du SOD de se tourner vers les collectivités départementales et les organismes compétents comme la Chambre d'Agriculture. L'objectif est de faciliter la transmission reprise des exploitations ovines en repérant les éleveurs proches de la cessation d'activité mais aussi en soutenant les démarches de parrainage.
Malgré une certaine sérénité affichée, le travail ne manque pas pour les responsables professionnels ovins du département.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui