L'Union Paysanne 10 novembre 2020 à 10h00 | Par La rédaction

PALMIPÈDES. La filière canard gras se mobilise

Fragilisée par les épisodes sanitaires et économiques des derniers mois, la filière canard gras entend se refaire une santé et reconquérir des parts de marchés, en lançant une vaste campagne de communication. Cette dernière a été présentée par le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (CIFOG) lors d’une conférence de presse.

Abonnez-vous Imprimer
Une filière encore fragile.
Une filière encore fragile. - © DR

A l’approche des fêtes de fin d’année la filière « canard gras » est plus que jamais
mobilisée pour séduire le consommateur et reconquérir ses parts de marché perdues. En effet, après la crise de l’influenza aviaire, la reprise des ventes bien entamée début 2019 a connu quelques ratées. Pour les fêtes de Noël 2019, la loi sur la limitation des promotions a freiné les mises en avant dans la grande distribution à partir de septembre. Résultat : une baisse de 11 % des ventes du foie gras par rapport à une année normale, ce qui représente une mévente de presque 500 tonnes (488 t exactement) dans les supermarchés et hypermarchés.
En 2020, la pandémie et le confinement ont privé la filière de ses débouchés à l’export et surtout dans la restauration, secteur qui représente 40 % des ventes pour le seul foie gras. Les producteurs ont dû baisser de 13 % les mises en place pour éviter la constitution de stocks.

Proposer des nouveaux modes de consommation sur le mode des tapas.
Proposer des nouveaux modes de consommation sur le mode des tapas. - © DR

Noël 2020 sera donc décisif pour cette filière qui compte 100 000 personnes en emplois directs et
indirects. Un véritable plan de communication est mis en place.

Pour la première fois l’Interprofession du foie gras (CIFOG) lance une campagne radio sur le confit. Des spots publicitaires seront diffusés sur les principales chaînes de télévision et le canard
gras sera au menu des émissions culinaires.
Une grande opération collective est mise en place pour aller au contact du consommateur dans
les magasins. «Le Comptoir duCanard, Foie Gras, Magret, Confit» sera ainsi présent dans 1 700 points de vente avec pour objectif de faire de la pédagogie
sur ces produits et proposer des nouveaux modes de consommation sur le mode des tapas ou de
la bistronomie. Il s’agit aussi d’offrir des portions plus petites, mieux adaptées aux cercles plus
restreints de convives en cette période de restriction sanitaire.
Dans les magasins, les consommateurs retrouveront l’origine France grâce à un logo qui concernera le foie gras, le magret et le confit et les « prix devraient rester stables », a indiqué Michel Fruchet, le président du CIFOG.

Enfin les entreprises vont adapter les produits à une consommation plus «responsable» et traditionnelle, en multipliant les préparations «sans conservateur» ou «sans nitrites» et en réduisant le poids de leurs emballages. Une bonne nouvelle, le marché chinois
est à nouveau ouvert et les audits sont en cours pour que des entreprises obtiennent l’agrément afin d’exporter sur le marché des États-Unis, marché fermé depuis le conflit du boeuf aux hormones et sur lequel la filière exportait 600 tonnes avant 1999.

MICHEL QUEILLE, PRÉSIDENT DE LA SECTION VOLAILLE/PALMIPÈDE DE LA FDSEA
MICHEL QUEILLE, PRÉSIDENT DE LA SECTION VOLAILLE/PALMIPÈDE DE LA FDSEA - © UP

RÉACTION - MICHEL QUEILLE, PRÉSIDENT DE LA SECTION VOLAILLE/PALMIPÈDE DE LA FDSEA

Entre vigilance et espoir

Grippe aviaire : restons prudents
Même si la Corrèze ne fait pas partie des zones à risque
particulier, la découverte de 2 cas hautement pathogènes aux Pays Bas, puis d’oiseaux contaminés dans le Nord de la France, annoncent un possible retour de la grippe aviaire. Personne ne souhaite revivre la crise sanitaire de 2017 et ses conséquences pour nos exploitations. J’appelle donc tous les éleveurs à la plus grande vigilance, dès maintenant, notamment face au risque
d’introduction du virus par la faune sauvage et de la diffusion du virus entre exploitations.

Confinement : appel à la solidarité des acteurs
Concernant les conséquences de la crise Covid, nous savons que la fermeture des restaurants aura forcément un impact. Plusieurs associations de grands chefs avaient prévu d’organiser début décembre la troisième édition de la semaine du foie gras. Ces associations s’étaient engagé par ailleurs à indiquer de manière volontaire l’origine française du foie gras servi sur leurs tables.
Nous devons placer nos espoirs dans l’effort de communication porté par le Cifog. Il est impératif
que le canard et la volaille de luxe en général trouve sa place dans les assiettes des français pendant les fêtes.
La FDSEA a demandé aux services de l’Etat le maintien des marchés de producteurs de plein air dans le respect des règles sanitaires. Nous appelons aussi les maires, les cantines publiques et les distributeurs à jouer le jeu de la volaille locale. Enfin, pour celles et ceux qui travaillent en circuit court, je ne peux que les encourager à passer à la vente en ligne.

UNE FILIÈRE ENCORE FRAGILE

Le confinement en raison du coronavirus a pesé sur l’économie de la filière foie gras.
En effet, la restauration hors domicile (RHD) représente 40 % des débouchés
commerciaux du secteur. «L'ensemble des éleveurs, transformateurs et négociants estiment à 50 millions d'euros le montant des pertes dies à la crise du Covid-19», a indiqué Marie-Pierre Pé, directrice de l'interprofession Cifog. La grippe aviaire en 2016 et 2017 avait fait chuter la production française d’environ 40 % en deux ans, la faisant passer de 20.540 tonnes en 2015 à 13.173 tonnes en 2017.

Les commentaires ont été suspendus pour cet article

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui