L'Union Paysanne 13 janvier 2021 a 13h00 | Par Aurélie Calves, Damien Valleix

PNEUS USAGÉS. Résultats de l'enquête départementale

Afin d'étudier l'opportunité et la faisabilité d'une opération collective d'enlèvement des pneus usagés à l'échelle départementale, la FDSEA 19 a mené une enquête de terrain.

Abonnez-vous Imprimer
- © DR

Alors que les pneus usagés issus des opérations de rechange, des véhicules hors d'usage
et des vieux stocks à responsables défaillants font l'objet de filières de collecte et de traitement
agréées dédiées ou de solutions ponctuelles spécifiques, les pneus usagés utilisés pour la
couverture des silos d'ensilage continuent de relever de la responsabilité des agriculteurs. Ces
derniers doivent se débarrasser de ces stocks de pneus à leurs frais. Pour répondre à cette problématique à la fois sanitaire, économique et environnementale, la FDSEA souhaiterait organiser une opération collective pour bénéficier de conditions financières plus intéressantes et
valoriser ces pneus usagés dans une filière éco-responsable.
Afin d'en étudier l'opportunité et la faisabilité, elle a préalablement lancé une enquête auprès
d'un échantillon représentatif des exploitations agricoles corréziennes.

L'état des stocks
88 % des agriculteurs interrogés déclarent avoir des pneus usagés sur l'exploitation. Dans 45 % des cas, les pneus servent encore à maintenir les bâches d'ensilage et dans une proportion
similaire, les pneus n'ont aucun usage sinon d'encombrer les cours de ferme. 75 % des sondés déclarent vouloir se débarrasser de toute ou partie de leurs pneus, y compris parmi
ceux qui confectionnent toujours des silos, majoritairement prêts à modifier leurs pratiques si les pneus usagés pouvaient être évacués.

Le stock moyen sur une exploitation est estimé à 2 tonnes de pneus type véhicules légers, 1 tonne de pneus agricoles et 750 kgs de pneus type poids lourds,soit un total de 3750 kgs par
exploitation. Par extrapolation et compte tenu des intentions d'évacuation, la FDSEA estime le « gisement départemental » à évacuer à quelques 650.000 pneus pour un poids de 7276 tonnes, constitué pour l'essentiel de pneus de véhicules légers.

Le financement de l'opération
Par la nature même de l'utilisation de ces pneus et l'endroit où ils sont stockés, les pneus d'ensilage et plus généralement les pneus de ferme ne peuvent être réintégrés aux circuits de valorisation classiques. La dégradation des composants de ces pneus les rendant impropre au recyclage traditionnel, il faut passer par des méthodes de désossage et de retraitement onéreuses. 84 % de l'échantillon se déclare prêt à opter pour une plateforme collective, même si celleci devait se trouver à plus de 20 kms de l'exploitation. Cette démarche est très bien acceptée par les agriculteurs, comme en témoigne le succès des opérations groupées de recyclage
des plastiques agricoles usagés et des ficelles et filets conduites par le réseau FDSEA depuis
plusieurs années.

Mais, même en cas d'organisation collective, le coût généralement admis pour ce genre d'opération avoisine 250EUR la tonne, tandis que le prix jugé acceptable par les exploitants enquêtés est de 76 EUR par tonne en moyenne. Ainsi, le budget d'une opération départementale pourrait avoisiner 1.800.000 EUR, finançable pour un tiers seulement
par les agriculteurs.

Face à un tel écart, la FDSEA ne peut évidemment pas s'engager sur l'organisation d'une collecte dès cette année. Convaincu toutefois du service qu'une telle opération pourrait rendre aux agriculteurs, le syndicat continue de rechercher des partenaires techniques et financiers.

Les commentaires ont ete suspendus pour cet article

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,