L'Union Paysanne 29 novembre 2013 à 08h00 | Par UP 19

Pommes - La qualité au rendez-vous pour les pommes du Limousin

Après une année 2012 catastrophique marquée par le gel des pommiers, la coopérative Perlim annonce pour 2013, un tonnage normal aux calibres moyens. La qualité gustative des pommes sera cependant un des points forts de cette récolte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les pomiculteurs ont repris confiance : la récolte 2013 est revenue à la normale et pousse à l’optimisme.
Les pomiculteurs ont repris confiance : la récolte 2013 est revenue à la normale et pousse à l’optimisme. - © UP 19

Christian Favart, président de Perlim, l’affirme, «La pomme Perlim, la Golden en l’occurrence, est un travail, une marque que nous avons bâti depuis plus de vingt ans. Aujourd’hui, notre savoir-faire est reconnu. Nous avons pu le constater grâce ou à cause de la récolte désastreuse de 2012». L’année dernière, une grande majorité des pomiculteurs a perdu près de 80 % de leur récolte. Et avec un tonnage dérisoire, la coopérative n’avait pas pu satisfaire la totalité de ses clients.

 

La qualité au rendez-vous

«L’année 2012 aurait pu nous être préjudiciable. Avec peu de pommes, nos clients se sont tournés vers certains de nos concurrents. Et pourtant, on constate que ces mêmes clients reviennent vers nous cette année. La raison ? La qualité de notre production, la pomme Golden notamment est assimilée intrinsèquement à notre pays, notre région, notre département» rapporte Christine Lachèze, directrice de Perlim. Il faut dire que la Golden, pomme vedette de la production, bénéficie de l’Aop, Appellation d’Origine Protégée. «Cette reconnaissance est associée à la marque, c’est la certification d’une origine de qualité. Pour nos clients, c’est un signe de qualité, bon produit, mais aussi une certitude de traçabilité de nos produits.»

L’année 2013 s’amorce donc de manière sereine. Le tonnage s’annonce comme une année normale avec de bons calibres, mais surtout une valeur gustative exceptionnelle. «Notre laboratoire d’analyse note une qualité gustative forte cette année. Nous en sommes très satisfaits,» soulève Christian Favart. «Cependant, il n’a pas encore fait un temps qui pousse à la consommation. La pomme est un fruit d’hiver. Or, pour l’instant, le climat a jusque-là été plutôt doux. Mais avec l’arrivée de l’hiver, les ventes et la consommation devraient monter en flèche».

Une tendance bio qui s’accentue

Parmi les autres faits marquants, Christine Lachèze note que la demande en pommes issues de l’Agriculture Biologique augmente, aussi bien du côté de la clientèle que de celui des coopérateurs. «Une dizaine d’hectares est en bio, ou du moins en conversion. La variété que l’on produit est l’Opal. Il s’agit d’une pomme qui ressemble à la Golden mais plus petite et résistante aux maladies, notamment la tavelure.»

Sur le bassin objatois, la longévité de la coopérative Perlim n’est plus à prouver. Implantée depuis plus de quarante ans, la coopérative Cooplim et la Sica du Roseix ont constitué un Gie pour la commercialisation des pommes. Perlim compte cent soixante-quinze producteurs de pommes sur la Corrèze, Haute-Vienne et Dordogne et emploie quatre cent cinquante salariés. «Nous sommes dans une phase de stabilisation de nos surfaces productives, mais avec un focus sur une augmentation du rendement. Notre service qualité, notre laboratoire, notre chaîne de production, tout est mis en œuvre pour que nos services soient reconnus et de qualité» conclut Christine Lachèze.

AOP, la reconnaissance du savoir-faire

L'appellation d'origine protégée, ou AOP, est la dénomination en langue française d'un signe d'identification européen. Créé en 1992, ce label protège « la dénomination d'un produit dont la production, la transformation et l'élaboration doivent avoir lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté».

Dans le cadre de Perlim, la variété qui bénéficie de cette appellation est la pomme Golden. Celle-ci répond à un cahier des charges bien précis. Mais on peut relever trois éléments précis qui déterminent le caractère typique de la Golden AOP. Le sol, l’altitude qui donne le croquant aux fruits, mais aussi les écarts de température entre le jour et la nuit qui favorisent le rosissement de l’épiderme.

Autant d’éléments qui ont permis à la Golden d’obtenir l’appellation tant convoitée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui