L'Union Paysanne 07 octobre 2021 a 10h00 | Par P. Dumont

POMMES.Une récolte 2021 mi-figue mi-raisin

Mise à mal par le gel de printemps puis par un été pluvieux, la récolte de pommes AOP golden du Limousin s’annonce plus faible qu’attendue. Dans ce contexte difficile, les producteurs testent un système d’assistance à la récolte prometteur.

Abonnez-vous Imprimer
Un système d’assistance à la récolte en test. 10 producteurs sont équipés pour le moment.
Un système d’assistance à la récolte en test. 10 producteurs sont équipés pour le moment. - © DR

La pomme AOP du Limousin, ce sont quelques 180 producteurs et 2300ha pour un tonnage théorique de 80 à 90 000t annuel. La récolte 2021 ne fait que commencer mais les responsables professionnels savent déjà qu’elle n’atteindra pas des sommets. « Le gel d’avril nous a fortement impacté, explique Laurent Rougerie, président du syndicat AOP Pommes du Limousin. Nous avons des pommes de petit calibre car il est intervenu lors de la première floraison, celles des bois de deux ans. Comme notre production est commercialisée à plus de 70% en France avec des fruits pesant entre 170 et 200g, c’est compliqué. Cet été nous avons également eu beaucoup de pucerons. Ce printemps, nous estimions la perte à 10– 15% mais ce sera plus…» Les producteurs ont le moral en berne, les années difficiles se succédant. «Avant, ces épisodes de moindre récolte se produisaient tous les 10 ans environ, poursuit le producteur. Maintenant cela se rapproche : 2012, 2020, 2021…». Malgré tout, les producteurs manquent toujours de bras pour la récolte. Comme le confirme Pôle emploi, de nombreuses places sont encore à pourvoir en particulier en Corrèze. Sur la totalité du bassin, le besoin total de main d’oeuvre est estimé à 8000 cueilleurs. Pour les recruter, l’ANEFA Limousin a mis en place avec Pôle emploi un point pommes à Brive et un second à Saint-Yrieix. Comme chaque année également, l’association affrète des bus pour les cueilleurs qui n’ont pas de moyen de déplacement. Et ce ne sont pas les systèmes d’assistance à la récolte en test dans plusieurs vergers qui remettent en cause ce recrutement. « Il faudra toujours des mains humaines pour cueillir la pomme mais ce système permet d’aller vers un travail moins physique», confie Michel Texier, producteur à St-Yrieix la Perche. Sur la machine pourvue de tapis roulants pour acheminer les pommes au pallox, six cueilleurs s’affairent, quatre sur des nacelles et deux au sol. Ils cueillent les pommes puis les déposent sur le tapis entre des picots permettant de les maintenir en place. Le robot programmé pour suivre les rangs, avance à petite vitesse. « Il y a des ajustements à faire mais cela fonctionne plutôt bien », souligne Michel Texier, qui fait partie de la dizaine de producteurs équipés d’une machine dans le bassin de production.

Les commentaires ont ete suspendus pour cet article

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,