L'Union Paysanne 15 décembre 2010 à 10h26 | Par P. DUMONT

Porc - La crise porcine à son paroxysme

Un véritable bras de fer s’est engagé ces dernières semaines entre producteurs de porcs et industriels. Dans ce contexte très tendu, Limousin, Auvergne et Midi-Pyrénées ont fait le point, le 8 décembre, sur les travaux engagés depuis le printemps.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
«La production porcine dans les zones à faible densité est en péril».
«La production porcine dans les zones à faible densité est en péril». - © DR

En avril dernier, une première rencontre entre les acteurs de la filière porcine des zones à faible densité était organisée par la Préfecture du Limousin à la demande de la FRSEA Limousin. Eleveurs, industriels, GMS étaient présents de même que Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA et Jean-Michel Serres, président de la Fédération Nationale Porcine. Le groupe de travail alors mis en place vient de rendre sa copie. Pas de surprise dans la description de la situation, les travaux menés confirment les problèmes évoqués il y a huit mois. Une crise bien installée depuis 2007, un prix payé à l’éleveur en dessous du coût de production et parmi les plus bas d’Europe, une baisse continue de la valeur ajoutée,… Face à cela, les pistes proposées par l’interprofession tournent autour de la baisse des coûts de production, l’amélioration technique, génétique et la modernisation. Point de réflexion sur la fixation de prix ou la valorisation du produit. Or, c’est bien là que le bât blesse.

C’est donc dans cette direction que s’est orienté le groupe de travail piloté par la Chambre régionale d’agriculture du Limousin et rassemblant professionnels et opérateurs. Le mécanisme de formation du prix de référence et du coût de revient en France et en Europe ont été passés au crible. La conclusion est simple : «le prix de référence VPF doit tenir compte des coûts de revient et des disparités entre régions de production.» Ainsi, si l’on prend l’exemple de la Corrèze, le prix de référence pourrait se situer entre 1,659 et 1,756 €/kg de carcasse. Pour plus de justesse, ce prix devrait être indexé pour prendre en compte la fluctuation de certaines charges en particulier l’alimentation qui peut représenter jusqu'à 60 % du coût de revient. Les travaux s’orientent maintenant vers la contractualisation et l’élaboration de contrats types.

 

Et après ?

Chacun sait que les travaux menés depuis le printemps ne constituent pas une fin en soi. D’ores et déjà, leur compte-rendu est remonté au Ministère de l’agriculture, à la FNSEA, à la FNP et à l’APCA. Pour Bruno Bunisset, président de la section porcine de la FRSEA Limousin, il y a urgence à agir. «Le point de non retour est atteint. Dans nos régions, si rien n’est fait, ce sont plus de 70 % des producteurs qui pourraient arrêter leur activité ou devoir déposer le bilan…» lance-t-il. Et il semble que la voix des zones de production porcine à faible densité ne soit guère entendue au niveau national. «L’interprofession se préoccupe plus de l’export et de VPF que du prix. On ne peut plus dialoguer, les responsables sont sur une autre planète.» ajoute Bruno Bunisset. Pour être entendus, tous les acteurs présents s’accordent sur la nécessité d’un leadership fort. Puisque l’interprofession nationale reste sourde aux appels des producteurs des zones à faible densité, les interprofessions des zones concernées devront se fédérer dans les semaines à venir. Autre objectif à poursuivre, la valorisation du porc via, notamment, le développement d’accords entre les producteurs du Grand Sud et la distribution. Le premier signe d’une amélioration de la situation de la filière porcine est peut être l’annonce de la signature, le 15 décembre prochain, de l’accord interprofessionnel sur la mention d’origine de la viande sur l’ensemble des produits par la Fédération des Industriels de la Charcuterie (FICT). Interrogée sur le sujet, la FNP qualifie la nouvelle d’«avancée importante» même si cet accord est «loin d’être suffisant» selon Jean-Michel Serres, président de la FNP.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui