L'Union Paysanne 16 décembre 2020 a 10h00 | Par DAMIEN VALLEIX

Porcherie. DEUX ÉNERGIES VERTES POUR UN MÊME ATELIER PORCIN

Au Gaec des maisons brulées, les truies seront désormais chauffées au bois et ventilées grâce à l’électricité d’origine photovoltaïque.

Abonnez-vous Imprimer
Fabien (à gauche) s’est associé avec Stéphane (à droite) il y a 4 ans après avoir été salarié du Gaec pendant 3 ans.
Fabien (à gauche) s’est associé avec Stéphane (à droite) il y a 4 ans après avoir été salarié du Gaec pendant 3 ans. - © DR

Eleveurs de porcs et de limousines à Perpezac le Noir, Stéphane Mournetas et Fabien Malaval du Gaec des Maisons brulées misent sur les énergies renouvelables pour faire des économies en construisant une chaufferie à bois, sur laquelle sera installée une centrale photovoltaïque destinée à l’autoconsommation.

Le chauffage des bâtiments abritant les quelques 220 truies et 5500 porcs charcutiers élevés chaque année était jusqu’alors assuré par une chaudière à fioul. Bien que celle-ci n’est pas obsolète, les associés ont exploré différentes pistes dans le but de réduire la facture énergétique de leur exploitation.

Après avoir étudié la méthanisation, les pompes à chaleur et les systèmes de récupération, le Gaec a opté pour une chaudière alimentée par des plaquette de bois. Un hangar de 360 m² a été construit. Celui-ci est aménagé en plusieurs cellules et peut recevoir jusqu’à 400 m3 de plaquettes en adéquation avec les estimations de consommation annuelle. L’alimentation de la chaudière ultraperformante (elle ne produit qu’environ 50 litres de cendres toutes les 2 semaines) est assurée automatiquement par une vis.

Deux ballons tampons de 2500 litres chacun alimentent ensuite le chauffage central. Le bois servant à la fabrication des plaquettes est issu des propriétés des associés mais l’abattage et la confection des plaquettes est confiée à une entreprise. Un demi-ha de bois environ sera ainsi destiné chaque année à produire les 400 m3 nécessaires.

«Il faut quelques arbres et pas seulement des branches qui ne permettent pas à elles seules d’obtenir un bon produit» explique Stéphane. Les coupes sont réalisées un an à l’avance afin que le séchage principal se fasse à l’extérieur, limitant ainsi les besoins de stockage. «Un mois supplémentaire dans le hangar suffit à disposer d’un produit avec un bon pouvoir calorifique».

S’élevant à 160.000 € dont 67.000 € pour les installations techniques, l’investissement est loin d’être négligeable mais il devrait permettre l’économie de 25.000 € de fioul par an de laquelle il faut néanmoins déduire le coût de la prestation de broyage et la valeur du bois.

Le hangar comporte 6 travées. Une pour la chaufferie, 3 cellules et 2 pour du stockage divers.
Le hangar comporte 6 travées. Une pour la chaufferie, 3 cellules et 2 pour du stockage divers. - © DR

Afin de diminuer l’autre gros poste de dépense énergétique qu’est l’électricité, les associés ont conçu le hangar afin qu’il puisse recevoir une centrale photovoltaïque. Et puisque l’électricité sert principalement à ventiler les bâtiments l’été et pendant la journée, les pics de consommation ont tendance à se superposer avec les courbes de production d’une centrale. L’énergie sera donc totalement autoconsommée et ce sans stockage en batteries, dont l’installation couteuse a été jugée non rentable et peu opportune.

L’investissement de 41.000 € devrait permettre une économie de 4 à 5.000 € sur la facture annuelle d’électricité, soit environ 30 % de la consommation annuelle. Malgré qu’ils soient dans l’ère du temps, ces deux investissements ne bénéficient d’aucune subvention. Les associés misent néanmoins sur un retour sur investissement à moins de 10 ans. En perspective, ils réfléchissent à optimiser les nouvelles sources d’énergie de leur exploitation.

Le raccordement des maisons au réseau de chaleur ou l’installation d’un système de séchage d’appoint des fourrages sont à l’étude.

Les commentaires ont ete suspendus pour cet article

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,