L'Union Paysanne 16 juillet 2015 à 08h00 | Par Richard Zizert

Prendre le temps d’expliquer son travail

La FDSEA a lancé ses traditionnelles rencontres de l’agriculture 2015 le 8 juillet dernier chez un arboriculteur, Jérôme Le Solliec. Cette année, l’accent est mis sur la mise en valeur des produits corréziens et le savoir-faire mis en œuvre pour les produire

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En prenant le temps de parler de ses méthodes de travail et d’expliquer sa production, ces rencontres de l’agriculture sont une excellente solution pour répondre aux détracteurs.
En prenant le temps de parler de ses méthodes de travail et d’expliquer sa production, ces rencontres de l’agriculture sont une excellente solution pour répondre aux détracteurs. - © Union Paysanne

Jérôme Le Solliec est un exemple en son genre. Jeune agriculteur dynamique, il se démène au quotidien pour produire une Golden AOP écoresponsable et de qualité. Une exploitation modèle qui a enchanté et fortement intéressé les différents visiteurs à l’occasion de ce lancement. Un verger prolifique qu’il doit en partie à son père Guy, qui a œuvré avant lui et qui lui a transmis les rênes en 2011.

 

L’irrigation comme solution …

Le but de cet évènement était de montrer un visage de l’arboriculture d’aujourd’hui. Un visage jeune et dynamique sous les traits de Jérôme qui a fièrement pu montrer à ses invités son verger. Un verger moderne à

l’image du système d’irrigation installé et qui permet un approvisionnement en eau sur l’ensemble des quinze hectares.

Ce système coûteux est aujourd’hui indispensable à une production optimale de pommes. En effet, à l’aide des différents capteurs ensevelis dans le sol, Jérôme peut identifier le besoin en eau de ses parcelles. Un outil primordial pour contrôler au mieux le rendement. «Ces bornes calculent l’humidité des sols qui est transféré à un logiciel qui calcule automatiquement le besoin en eau. Après, c’est à moi de programmer les périodes de goutte-à-goutte».

 

… si la sécheresse ne perdure pas

Une méthode efficace mais qui pourrait ne plus se faire si la sécheresse actuelle perdure. «Ma ressource en eau n’est pas infinie. J’ai un point d’eau dont le niveau baisse inexorablement. Si la sécheresse perdure, je n’aurai pas assez d’eau pour tenir toute la saison». La conséquence ? S’il y a un manque d’eau notable, la croissance des pommes pourrait en être impactée, et celles-ci ne se développeraient pas correctement. Un sujet sur lequel a été sensibilisé le préfet car le manque d’eau commence à se faire dangereusement sentir.

La visite s’est poursuivie sur l’ensemble du verger. Jérôme a mis en valeur le renouvellement régulier des pommiers du verger. «Je garde mes pommiers généralement une quinzaine d’années. Et régulièrement, nous replantons de nouveaux arbres afin de garder une continuité en rendement et production». Le préfet de la Corrèze, Bruno Delsol, a souhaité souligné «l’exemplarité du verger de Jérôme. Cela se voit que nous sommes sur une exploitation raisonnée, portant de vrais projets, pour aboutir à un produit de qualité. La pomiculture est importante en Corrèze et contribue à la notoriété du département».

Mise à valeur des savoir-faire locaux

Un visage éloigné des reportages à charge réalisés ces derniers mois, afin de «montrer que les arboriculteurs d’aujourd’hui s’emploient à produire avec des pratiques raisonnées et soucieuses de leur environnement», a tenu à préciser Daniel Couderc, président de la Fdsea. «Il est important aujourd’hui d’apprendre à mieux communiquer sur nos pratiques afin d’éviter d’être attaqué à tort».

Un avis partagé par le vice-président du Conseil départemental, Francis Comby, «c’est grâce à ce type d’initiatives que le monde agricole peut montrer qu’il est responsable et soucieux de l’environnement». La maire de Juillac, Josette Fargetas, a pour sa part, félicité Jérôme. «Il fait partie de ces jeunes qui n’ont pas eu peur de s’installer en agriculture. Il faut saluer son dynamisme et nous pouvons être fiers de jeunes agriculteurs comme lui».

Pour l’occasion d’autres exploitants du canton étaient venus mettre en valeur leur production. Yves Fayolle, éleveur bovin sur la commune de Concèze, a fait déguster les fromages issus de sa production. Une gamme variée de fromages à base de lait de vache (nature, poivre, ail et fines herbes) qu’il vend notamment sur le marché d’Objat tous les dimanches matins. Nadine Macary, productrice notamment de petits fruits (framboise, groseille, cassis…) à Concèze, a ravi les papilles des plus gourmands avec ses glaces faites maison à partir des fruits de sa production. Elle confectionne également de nombreuses confitures ainsi que des liqueurs. Nadine est présente tout l’été sur les marchés de producteurs du Saillant et d’Ayen. Enfin, la coopérative Capel a tenu à offrir à l’ensemble des participants un apéritif confectionné avec les produits de ses filières (melon, foie gras, magret..).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui