L'Union Paysanne 23 avril 2010 à 11h02 | Par Groupama

Prévention - Groupama : Un week-end pour la vie !

Le conseil d’administration des caisses locales de la Corrèze a choisi de miser sur l’atout coeur en organisant un week-end citoyen, les 20 et 21 mars, à Tulle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un groupe de participants parés pour la formation !
Un groupe de participants parés pour la formation ! - © DR

Cette première du genre sur le territoire de Groupama d'Oc est centrée sur un noble enjeu : apprendre à sauver des vies...
«Un défibrillateur peut sauver une vie. Encore faut-il savoir l'utiliser... Voilà pourquoi, après avoir facilité l'équipement des communes corréziennes avec plus 200 défibrillateurs, nous souhaitions compléter utilement ce programme par une formation aux gestes de premiers secours», a expliqué Guy Bernardie, président de la Fédération corrézienne, face aux différents groupes de participants.
L'opération était organisée en partenariat avec l'Union départementale des sapeurs-pompiers et Laerdal Médical, une société norvégienne spécialisée dans la mise en place de solutions pédagogiques et thérapeutiques pour les soins d'urgence. Plus de 1 200 personnes - maires et élus municipaux, présidents d'associations culturelles et sportives, élus mutualistes locaux et départementaux - issues de toute la Corrèze, étaient invitées à cette journée d'initiation à la défibrillation.

Alerter, masser, défibriller : trois gestes qui sauvent 

Durant le week-end, une dizaine de groupes s'est succédé dans les locaux de l'établissement départemental de Groupama à Tulle. Guidés par une formatrice sur grand écran ainsi que par cinq pompiers bénévoles, les participants étaient invités à mettre en pratique les gestes et réflexes salvateurs. Elément-clé de la pédagogie : Mini-Anne, un kit de formation aux gestes de premiers secours. Composé d'un mannequin gonflable, d'un DVD d'enseignement, d'un défibrillateur externe et d'un téléphone factices, cet outil s'adresse à tous et permet d'apprendre en 30 minutes à agir efficacement en cas d'arrêt cardiaque.

 

 

Pourquoi un week-end citoyen ? 

Les présidents de caisses locales Groupama ont signé une convention avec les communes dotées de défibrillateurs. Dans cette convention, Groupama s'est engagé à former le plus grand nombre de personnes à l'utilisation des appareils, pour que le matériel financé soit opérationnel. Il fallait donc une formule percutante à la hauteur des promesses écrites, d'où l'idée de concentrer l'apprentissage sur un week-end et au siège de l'établissement.
Sur le terrain, les présidents de caisses locales ont été des ambassadeurs efficaces et utiles en particulier auprès des équipes municipales et des associations locales. Au total, c'est plus de 330 personnes qui sont venues se former. Grâce au kit offert à chaque participant, l'action pourra être démultipliée. Chacun étant susceptible de former au minimum trois personnes, ce sont près de 1000 personnes qui seront à même d'être initiées aux gestes de premiers secours dans le département. Une vraie chaîne de solidarité au service de la vie est en train de se forger. A ce titre, on peut dire que l'action est une première réussie.
Suite à cette opération, les associations ont déjà choisi d'inviter Groupama à dupliquer ce premier week-end citoyen, à l'occasion du week-end des associations en septembre. Des liens de proximité se sont aussi créés avec les sapeurs-pompiers. D'ores et déjà, des partenariats avec l'Union départementale sont envisagés pour des actions de formation ultérieures. Enfin, tous les élus qui ont participé à ce week-end citoyen sont invités à participer à l'assemblée générale départementale, le 23 avril prochain.

 

 

L'arrêt cardiaque, un enjeu de santé publique

Chaque année, environ 60 000 français décèdent d'un arrêt cardiaque. L'urgence ne laisse que trois à cinq minutes pour agir. En France, les chances de survie n'excèdent pas 2 %, contre 30 à 50 % aux Etats-Unis, où les défibrillateurs sont largement diffusés et la population formée aux gestes de survie. Seuls 8 % des français sont formés aux gestes de premiers secours. La formation permet de porter à 40 % les chances de survie.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui