L'Union Paysanne 07 octobre 2011 à 15h12 | Par Promonoix

PROMONOIX - Promonoix, une coopérative qui va de l’avant

Les adhérents de la coopérative nucicole se sont retrouvés pour leur assemblée générale ordinaire. L’occasion d’un bilan.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Filière noix : une vigilance de tous les instants.
Filière noix : une vigilance de tous les instants. - © Promonoix

Le 31 août 2011 s’est tenue dans la salle polyvalente d’Altillac l’Assemblée Gé-nérale Ordinaire de la coopérative Promonoix. Le Président Jean-Claude Mouret a ouvert les débats en donnant la parole à M. Michel Servantie, représentant de la municipalité d’Altillac, qui a présenté sa commune à vocation agricole, avec une partie en vallée et une zone de montagne, et qui bénéficie de la continuité du bassin industriel de Biars.

Le Président Jean-Claude Mouret a remercié les personnalités présentes : M. Moreau, du Conseil Général de la Dordogne ; M. Jacques Bex, Président de la Chambre d’Agriculture du Lot ; M. Bernard Laval représentant la Chambre d’Agriculture de la Dordogne ; M. Christian Valade, Secrétaire Général du Conseil Général de la Dordogne ; M. Hervé Clédel, Président du Comité du Noyer du Lot ; M. Serge Gay, de la Station de Creysse ; les négociants : MM. Blondel, Durand, Faurel, Maury, Monteil, Planche, Rivière ; M. Payre, pépiniériste de l’Isère.

 

Activité statutaire

Les travaux de l’assemblée ont commencé par la lecture du compte rendu de la précédente assemblée, suivie de la lecture du mot du Président, applaudi par l’assistance. Ont suivi les lectures et approbations des comptes de la coopérative, du rapport du Commissaire aux comptes, du compte rendu d’activités et des résolutions.

Les débats se sont ouverts sur les débouchés de la production de noix en agriculture biologique. La demande n’est pas énorme alors que la production augmente. Les coûts de production en agriculture biologique sont plus importants qu’en agriculture conventionnelle, et les temps de travaux plus importants. Une fois certifiée, la noix bio devrait être rémunérée plus cher d’environ 30 % pour tenir compte du prix de revient plus élevé. La noix est déjà un produit propre. Dans la culture biologique, on développe un esprit.

 

La noix, une production diversifiante par excellence.
La noix, une production diversifiante par excellence. - © Promonoix

Récolte à venir

Les débats se sont ensuite orientés sur la récolte à venir. On attend
20 % de volume en plus. Le calibre est prévu légèrement plus petit en Franquette et Lara mais plus gros en Marbot. La récolte s’annonce précoce avec un ramassage en sec prévu à partir du 20 septembre. La situation commerciale doit permettre, à qualité égale, d’obtenir les mêmes prix que l’an dernier. La quantité ne doit pas être un frein qui provoque la peur. Il faut communiquer auprès des producteurs pour ne pas brader les noix.

 

Noix fraîche : un fruit d’automne

Il est constaté que le manque d’information est très dangereux. Pour la noix fraîche, elle a démarrée beaucoup trop tôt. La noix est un fruit d’automne à ne pas mélanger avec les fruits d’été. 70 % des ventes de noix fraîches se font dans le nord et les consommateurs sont encore dans la période des congés et de la rentrée scolaire. Il est déraisonnable de commencer la noix fraîche en août. L’écoulement se bloque et les prix s’en ressentent. A noter que démarrer trop tôt n’est pas illégal, la législation étant laxiste sur les critères de maturité. Le Président du Syndicat Noix Fraîches informe l’Assemblée qu’un communiqué de presse est diffusé pour inciter les producteurs à défendre les cours. Les producteurs effectuent leur travail le mieux possible, les metteurs en marché aussi, mais la distribution ne sait pas mettre en avant ce produit et le laisse se dégrader à l’étal. Un négociant remarque que les premières noix fraîches se mangent assez vite, celles qui posent problème sont celles qui sont commercialisées en fin de saison et qui pourrissent en rayon jusqu’à Noël, donnant une mauvaise image de la noix en général, le consommateur ne faisant pas la différence entre noix sèches et noix fraîches. Il est rappelé que la date limite d’expédition au 15 octobre est inscrite dans le cahier des charges de l’AOC Noix du Périgord.

 

Signes de qualité

Les acheteurs sont sensibles aux signes de qualité. Les labels Appellation d’Origine Protégée et Agriculture Biologique sont complémentaires. Le logo AOP, reconnu au niveau européen, est mentionné à l’exportation. Ces cahiers des charges tirent la qualité vers le haut.

L’obtention de l’AOC Noix du Périgord a mobilisé toutes les énergies de la filière, mais le besoin se fait sentir de relancer une interprofession régionale noix dynamique. Il faut profiter de cette période d’embellie pour construire l’avenir. Le Sud Est a une interprofession forte, car la production se concentre sur deux départements et une seule région, alors que le Sud Ouest dépend de quatre régions administratives différentes : Aquitaine, Li-mousin, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes. Par exemple, les aides locales à la plantation sont différentes entre départements et régions voisines.

 

Une production à promouvoir

M. Jacques Bex, Président de la Chambre d’Agriculture du Lot, intervient en fin de séance et se félicite de la façon dont on parle de la noix. Il faut développer cette culture sur nos départements. Le Lot souhaite engager un nouveau technicien pour soutenir cette filière, en association avec la Corrèze. Ce poste est essentiel pour développer la filière noix correctement.

M. Moreau, représentant de Con-seil Général de la Dordogne prend la parole, et rappelle le but de la filière : régaler le consommateur avec un produit d’exception. Il rappelle son soutien à la filière noix à travers le plan d’aide départemental, de trois ans au départ, et renouvelable tous les ans, en fonction des compétences reconnues au Conseil Général par la loi d’orientation des territoires.

M. Alain Soulié, Président du Syndicat de producteurs de Noix Fraîche du pays de Brive, remercie le Président de Promonoix d’avoir choisi Altillac pour tenir cette Assemblée Générale et invite l’assistance à l’apéritif offert par la municipalité, ce qui clôture la séance.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui