L'Union Paysanne 29 septembre 2010 à 10h42 | Par P. Dumont

Réglementations - Surenchère réglementaire : les professionnels disent STOP !

Contrôles PAC, nouveau schéma directeur d’aménagement et de gestion de l’Eau, les réglementations touchant les agriculteurs se multiplient.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Environnement, la profession agricole refuse « l’inacceptable et l’inapplicable».
Environnement, la profession agricole refuse « l’inacceptable et l’inapplicable». - © DR

Des représentants de la FRSEA Limousin se sont rendus à la Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt, vendredi dernier pour tirer la sonnette d'alarme.
A l'initiative de la FRSEA Limousin, une délégation composée des FDSEA de Corrèze, Creuse et Haute-Vienne a rencontré des responsables de la DRAAF vendredi 24 septembre. La délégation a abordé deux sujets de préoccupation majeurs des professionnels agricoles et a sollicité son appui.
Premier sujet évoqué : la gestion de l'eau. Suite au nouveau Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) Loire-Bretagne, la Commission Locale de l'Eau (CLE) du SAGE Vienne doit établir une classification des cours d'eau. Celle-ci devrait également servir de socle à l'élaboration de la Trame Bleue (Grenelle 2). Directement impactée par cette procédure, l'agriculture limousine, bien qu'ayant un représentant à la CLE, reste minoritaire et ne peut faire entendre sa position. Les membres de la délégation ont réclamé la parité et ont interpellé l'administration : la réglementation ne doit pas devenir un frein à la compétitivité et pénaliser une agriculture déjà en grande difficulté. Tous ont déclaré de concert «nous ne sommes pas des pollueurs, ni des délinquants !»
Deuxième dossier chaud, celui des contrôles PAC. Exagérément tatillons, ils ont de plus un corollaire inacceptable : la suspension des aides jusqu'à l'issue de la procédure. La délégation a rappelé l'annonce faite par B. Le Maire au SPACE du versement de la première partie des aides PAC à la mi-octobre. Une telle décision illustre la gravité de la situation. Il est donc urgent de relâcher la pression sur les agriculteurs. Autre demande : la prise en compte des usages locaux par les contrôleurs. La FRSEA Limousin a tiré la sonnette d'alarme : si l'on n'y prend garde, certains contrôles vont se terminer en drame.
Si les responsables de la DRAAF ont entendu les revendications de la profession agricole, il n'en reste pas moins que sur le dossier de l'eau comme sur celui des contrôles, elle n'est pas maître d'œuvre. Le mois d'octobre, au cours duquel se tiendront une réunion de l'Agence de Services et de Paiements (ASP - contrôles PAC) et de la Direction régionale de l'Environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL - dossier Eau) devrait permettre d'y voir plus clair.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui