L'Union Paysanne 05 octobre 2012 à 11h28 | Par SF

Rencontre - Conférence de presse des membres du bureau de la Chambre d’agriculture

Les agriculteurs n’ignorent pas qu’ils auront à se prononcer en janvier prochain sur les orientations et destinées qu’ils entendent donner au développement agricole au sein de l’organisme consulaire qu’est la Chambre d’agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pierre Chevalier président de la Fédération nationale bovine (FNB) et président de la Chambre d’Agriculture Corrèze.
Pierre Chevalier président de la Fédération nationale bovine (FNB) et président de la Chambre d’Agriculture Corrèze. - © SF

En réponse aux positions déjà exprimées, par les syndicats que sont la FDSEA, la confédération paysanne et le MODEF, les membres du bureau de la Chambre d’agriculture, au travers d’une conférence de presse, ont tenu à exprimer leurs intentions et leur positionnement.

Pierre Chevalier l’actuel président de la chambre rappelle que les membres présents sont issus du syndicat majoritaire, qu’est la FDSEA (liste commune avec les JA), et qu’ils souhaitent être associé à la campagne des prochaines élections. «Nous avons montré notre capacité à gérer. Nous avons un bilan. Nous voulons continuer le travail entrepris… Nous serons donc présents dans cette campagne. Nous lançons un appel aux membres de la FDSEA et des JA à nous rejoindre sur une liste unique. Notre souhait est qu’il n’y ai pas deux listes».

La Chambre d’agriculture de part son statut est un organisme public sous contrôle de l’État, qui travaille pour l’ensemble des intérêts portés par le monde agricole au travers de services liés au développement.

Mais, l’avenir pour Pierre Chevalier est fait de profondes mutations où forcément, il sera nécessaire d’adapter le développement aux décisions de la future politique agricole commune, qui ne se décide pas en en Corrèze. Il ébauche les bases d’un programme qui s’articule autour de l’autonomie fourragère des exploitations et des évolutions génétiques. Il a indiqué la nécessaire ouverture avec les autres secteurs de l’économie que sont les autres compagnies consulaires (CCI et la chambre des métiers). Et d’ajouter que pour lui la prochaine crise «internationale» sera à l’évidence alimentaire.

Pierre Chevalier rappelle qu’il ne briguera pas un nouveau mandat à la présidence de l’institution. Mais il n’exclut pas d’être présent dans le débat. Il a d’admis que la situation est plutôt compliquée due «sûrement» au fait, que notre département possèdent de fortes personnalités.

«Cette équipe veut aller plus loin… Nous avons la volonté et la détermination d’aboutir à une liste ouverte à toutes les compétences», indique B. Bunisset qui sera amené à conduire les négociations.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,