L'Union Paysanne 11 janvier 2013 à 09h25 | Par Guillaume Demichel

Rencontre - Retrouver une Chambre d’agriculture pilotée par les professionnels

A 80 ans, Albert Bergantière revient sur soixante années de syndicalisme au sein de la FDSEA de la Corrèze, dont plus de la moitié en tant qu’élu à la Chambre d’agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Albert Bergantière coule paisiblement une retraite bien méritée du côté de Sexcles, dans la maison familiale située au cœur du hameau de la Pagésie. Petit-fils et fils d’agriculteurs, Albert Bergantière se souvient non sans une certaine nostalgie du 25 avril 1957. «C’est à la fois le jour où j’ai fêté mes 25 ans, celui où je me suis marié et celui où je me suis installé sur l’exploitation familiale». Cinq ans plus tôt, il prenait un engagement tout aussi important pour lui en adhérant pour la première fois à la FDSEA. «Au départ, je n’étais pas destiné à reprendre l’exploitation mais cela s’est fait comme ça et lorsque j’ai pris ma retraite, mon fils Philippe a naturellement repris l’élevage de veaux de lait sous la mère et de bovins limousins».

 

Elu à la Chambre pendant plus de 35 ans

«J’ai été élu à la Chambre d’agriculture de la Corrèze pendant plus de 35 ans. J’ai d’abord été membre du bureau puis vice-président pendant près de quinze ans sous la présidence de Michèle Chezalviel. Durant toutes ces années, j’ai assisté à l’évolution du syndicalisme qui a toujours fait du très bon travail au cours des différentes mandatures. Je me souviens bien sûr tout particulièrement des années passées aux côtés de Michèle Chezalviel qui, pour ainsi dire, était une structure à elle toute seule, assumant des responsabilités à la fois départementales et nationales. A cette époque, sous sa présidence, c’étaient les professionnels qui menaient la Chambre d’agriculture mais ce n’est plus le cas aujourd’hui et c’est regrettable».

«A mon sens, il n’y a que la FDSEA qui puisse redonner ce rôle aux professionnels. Tony Cornelissen est un ami mais c’est aussi quelqu’un de têtu, tout le monde le sait néanmoins, depuis que je le connais, il a toujours fait du bon travail pour le syndicalisme agricole corrézien. C’est un professionnel droit, honnête, franc et qui a toujours défendu ses convictions au service de la profession. En cela, il me fait un peu penser à Michèle Chezalviel qui m’a d’ailleurs téléphoné il y a quelques jours et m’a confirmé que nous étions sur la même longueur d’ondes à ce sujet».

 

«Ne pas cracher dans la soupe qu’on a mangée la veille»

«Je déplore la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. Tout cela n’est à mon sens qu’une question d’ambitions personnelles. Je ne roule ni pour l’un ni pour l’autre car tous sont des amis. Depuis plus de soixante ans je roule pour la FDSEA et je continuerai à suivre cette ligne de conduite. Il y des personnes de valeur partout et je trouve dommage qu’elles ne puissent pas s’entendre et se comprendre pour le bien de tous les agriculteurs corréziens. Je pense que des propositions honnêtes ont été faites aux élus sortants et ils auraient dû s’en contenter et suivre la FDSEA, ce qui aurait été bénéfique pour tout le monde. Certains d’entre eux semblent oublier que leur victoire d’il y a six ans, ils la doivent à Tony qui a mené la campagne de A à Z au nom de la FDSEA. Il ne faut pas cracher dans la soupe qu’on a mangée la veille. Aujourd’hui, il faut faire avec une quatrième liste qui va disperser des voix un peu partout. Des bulletins vont être rayés inutilement et ces votes qui ne compteront pas favoriseront la Confédération paysanne. Il faut voter pour la liste FDSEA-JA afin d’éviter d’en arriver là».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui