L'Union Paysanne 12 avril 2013 à 09h30 | Par VS - FDSEA 19

Rencontre - Visite présidentielle rassurante ?

A l’occasion de la venue de François Hollande en Corrèze, la FDSEA et les JA se sont entretenus avec Karim Maatoug, chargé de mission à l’Elysée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les représentants de la FDSEA et des JA veulent faire entendre leur voix sur les spécificités françaises d'application de la future Pac.
Les représentants de la FDSEA et des JA veulent faire entendre leur voix sur les spécificités françaises d'application de la future Pac. - © VS - FDSEA 19

Dès que l’opportunité se présente les élus de la FDSEA et des JA ne ratent pas une occasion pour faire remonter à l’Elysée les positions et revendications agricoles du département. La venue de François Hollande, samedi dernier sur les terres corréziennes, a entrainé un entretien entre la FDSEA et les JA et Karim Maatoug, chargé de mission à l’Elysée.

 

En persévérant on arrive à tout

Même si l’interlocuteur en question a reconnu que certaines des sollicitations syndicales et agricoles que la FDSEA et les JA étaient venus défendre nécessitaient des connaissances avérées du secteur, M. Maatoug ne s’est pas montré pour autant désintéressé du sujet. L’ancien directeur de cabinet de François Hollande qu’il fut au Conseil général de la Corrèze d’avril 2008 à mai 2012 a prêté une oreille attentive aux élus.

Force de persévérance syndicale, vingt-quatre heures avant cet entretien, la Draaf (Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt du Limousin) annonçait, par le biais de sa directrice Anne-Marie Boulengier, que le ministère de

l’Agriculture abondait l’enveloppe destinée au programme de modernisation des bâtiments d’élevage. Ce n’est pas pour autant que les élus FDSEA-JA ont «baissé la garde» ; bien au contraire, du prochain Plan de modernisation des bâtiments d’élevage à la Pac post 2013, en passant par la Formation continue obligatoire et la nécessité de légiférer sur les accords entre les producteurs et la grande distribution pour une meilleure répartition des marges, ils ont maintenu l’engagement nécessaire qu’il faut pour se faire entendre. Certes déçus et a postériori désolés de ne pas avoir pu rencontrer le Président de la République, cet entretien a permis de remettre une demande d’audience auprès du Président de la République, dans l’objectif de faire entendre la voix corrézienne sur les spécificités d’applications françaises de la future Pac.

Au-delà des revendications «techniques» propres au domaine agricole, les élus ont profité de l’actualité présidentielle et notamment du «choc de simplification» annoncé et voulu par François Hollande en faisant savoir que la simplification administrative pouvait être appliquée à l’agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui