L'Union Paysanne 19 janvier 2018 à 08h00 | Par P. Dumont

Rester vigilant en 2018 après des avancées de 2017

Etats généraux de l’alimentation, zones défavorisées, eau, PAC, la FNSEA Nouvelle-Aquitaine, s’est réunie à Bordeaux le 16 janvier à l’occasion de la tournée régionale de la FNSEA. Daniel Prieur, son secrétaire général, avait fait le déplacement pour faire le point sur l’avancée des dossiers en cours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © @P. Dumont

Chaque année en janvier, des élus de la FNSEA se déplacent en région à la rencontre des élus. En Nouvelle-Aquitaine, c’est au doubien Daniel Prieur qu’est revenue la tâche de faire le bilan des actions de 2017 et d’évoquer les combats à venir. Gros chantier de l’année écoulée, les EGAlim et leurs suites ont occupé une large part des discussions. Le secrétaire général de la FNSEA a rappelé les objectifs de la FNSEA durant les travaux. Parmi eux, avancer groupés, d’abord avec JA mais aussi d’autres acteurs du monde agricole. Le syndicat souhaitait également peser sur la méthode de travail en fournissant un document de synthèse. «Il nous fallait un document de référence pour montrer que des choses existent, que l’on ne partait pas d’une feuille blanche», souligne Daniel Prieur. Pour les responsables syndicaux qui ont participé aux EGAlim, un constat est partagé : ceux-ci se sont déroulés avec une certaine franchise. Au cours des débats, la FNSEA «a défendu toutes les agricultures, rappelle Daniel Prieur. Celle-ci a évolué. Elle doit encore le faire mais les agriculteurs doivent être acteurs de cette évolution». La prochaine étape, l’examen du projet de loi doit avoir lieu fin janvier. La vigilance reste de mise pour la FNSEA. «Nos positions ont été écoutées, des propositions ont été faites en matière d’encadrement des promotions, de revente à perte, de renforcement des OP, de prise en compte du coût de production, … mais tout n’est pas encore gagné», prévient le responsable syndical. Parmi les représentants néo-aquitains, la prudence est aussi de mise. La loi et ne règlera pas à elle seule la question du prix et il sera nécessaire de travailler au niveau régional également.

Retrouvez l'inrégralité de cet article dans l'édition du 19 janvier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui