L'Union Paysanne 14 mars 2014 à 08h00 | Par Vincent SOLEILHET-FDSEA

Réunion PNR - PNR, je t’aime moi non plus

Jeudi 6 mars à Ussel, les agriculteurs Corréziens, Creusois et Haut-viennois de la zone du Parc Naturel Régional de Millevaches (PNR), étaient invités par la FDSEA 19 à se positionner sur la nouvelle charte en cours de rédaction.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Quelle place pour l'agriculture dans le parc naturel régional de Millevaches ?
Quelle place pour l'agriculture dans le parc naturel régional de Millevaches ? - © Vincent SOLEILHET

Dix ans déjà

Alors que le PNR souffle sa dixième bougie d’anniversaire, les principaux concernés, qui vivent et exploitent les terres zonées par le parc, s’interrogent sur les avantages et les inconvénients que leur a apporté le PNR. Difficile de dire si le parc apporte quelque chose à une agriculture déjà très règlementée, les pros (PNR) diront que oui, les antis, il n’y en a pas encore, mais ça ne saurait tarder.

Les trois chambres d’agriculture de la région peuvent participer à la rédaction de la charte en apportant leur vision agronomique dans la politique du parc. Celle de la Corrèze en est le rapporteur. Heureusement, car à la lecture du projet, les éléments de langage utilisé dans la partie 5.1,

(la partie agricole), laissent place à la biodiversité, à la qualité de l’eau, au maintien et entretien des paysages… Bref, il se parle d’environnement. Et ce n’est qu’une première étape, car pour appliquer sa politique, il semblerait que le parc souhaite recréer des outils qui existent déjà. Des outils pour accompagner l’installation, des outils de développement agricole, des outils de gestion du foncier. Mais y a-t-il eu des consultations entreprises avec les JA, les chambres d’agriculture, la Safer ? Ne faudrait-il pas consulter les sociaux-professionnels qui représentent les femmes et les hommes qui sont à même de parler des campagnes et de l’histoire de leurs territoires ainsi que de l’avenir qu’ils souhaitent donner à leurs exploitations ?

Représentation agricole

Avec l’aide d’une trentaine de salariés, le PNR est géré par des élus issus du conseil régional, des conseils généraux et des conseils municipaux et la représentation des agriculteurs dans les conseils municipaux, dans les communautés de communes, ne cesse de diminuer. Et bien là, nous sommes dans le concret. Que la profession agricole le veuille ou non le parc existera. Alors la question se pose, comment représenter la profession dans le PNR ?

Hormis un conseil de valorisation à renouveler, il n’y a pas de place pour les agriculteurs. C’est pourquoi Daniel Couderc, le président de la FDSEA, a souhaité associer à la réunion Tony Cornelissen, président de la chambre d’agriculture, pour présenter une convention entre chambres et parc qui permettrait de nommer un référent professionnel, représentant

l’agriculture au sein du conseil du parc. Unanimement, l’assemblée a approuvé cette proposition de convention qui aurait tout aussi bien pu terminer aux oubliettes. Reste à trouver l’heureux élu.

Les élections des 23 et 30 mars prochains détermineront les représentants de nos territoires dans les mairies et communautés de communes. La nature à horreur du vide et si la profession n’est pas représentée dans les conseils municipaux et, de fait, dans les com-com il y aura toujours quelqu’un pour prendre des décisions bienveillantes à la place des agriculteurs. Là, c’est le cas.

La FDSEA a sollicité la Chambre d'agriculture pour nommer un référent «PNR».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui