L'Union Paysanne 18 août 2021 a 08h00 | Par Actuagri

RISQUES CLIMATIQUES.Assurance récolte : une première ébauche sur la table

Le député Frédéric Descrozaille (LREM, Val-de-Marne) a remis au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, les conclusions du Groupe de travail sur la gestion des risques climatiques. Un groupe de travail qui s’inscrit dans le cadre du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique.

Abonnez-vous Imprimer
- © DR

« Accompagner une évolution qui se traduira par un changement du paysage productif agricole en limitant autant que possible pour les agriculteurs, les effets des risques encourus du fait du changement climatique et en les lissant dans le temps afin de faciliter l’adaptation de notre agriculture ». « Aucun agriculteur ne doit être exclu de la possibilité de s’assurer ». Telles sont les deux propositions majeures que le député Frédéric Descrozaille présente, en mettant en avant les principes de mutualisation, d’universalité, de cohérence, de simplification et d’efficacité. Concrètement, le groupe de travail retient l’hypothèse d’une hausse rapide du taux de pénétration de l’assurance Multirisques climat (MRC) avec un objectif cible de 60 % des surfaces couvertes par l’assurance en viticulture, en grandes cultures et en légumes d’industrie et de 30 % en arboriculture et en prairie. A terme, l’objectif est de parvenir « à une généralisation de l’assurance récolte à l’échelle de la ferme France, dans le cadre d’une enveloppe budgétaire soutenable », indique le groupe de travail. Cependant, un tel objectif nécessitera «une refonte des produits d’assurance MRC tels qu’ils existent au-jourd’hui, afin de les simplifier et de les adapter aux attentes », précise le rapport du parlementaire. Il reviendra à chaque filière de déterminer les paramètres du nouveau dispositif qui devront être proposés en 2023.

600 à 700 millions d’euros
Frédéric Descrozaille et le groupe de travail valident le principe d’une assurance à trois étages : une part prise en charge par l’agriculteur, celle relevant de l’assurance et une autre à caractère « exceptionnel » qui «doit relever très majoritairement de la solidarité nationale ». « A ce titre, pas question pour l’Etat de prendre en charge durablement des risques structurels, par définition non assurables en raison d’occurrences répétées voire aggravées d’année en année ». Pour inciter les agriculteurs à s’assurer, le groupe de travail entend « conditionner le bénéfice de certaines aides publiques, en particulier les aides aux investissements, à la souscription d’une assurance MRC ». Ce qui impliquera que les régions qui seront gestionnaires de ces aides à partir de 2023 soient impliquées dans la réforme. Le budget global de cette assurance récolte devrait selon les calculs du groupe de travail être compris entre 600 et 700 millions d’euros. Son financement pourrait s’appuyer sur le règlement omnibus comme le demandent notamment la FNSEA et les JA. Pour coordonner le futur système d’assurance récolte, le groupe de travail envisage la création d’un « pool » d’assurance réunissant les assureurs souhaitant commercialiser les assurances MRC subventionnées et la Caisse centrale de réassurance, sous la forme d’un Groupement d’intérêt économique (GIE). Il propose de lui adjoindre à l’image du système espagnol, un « Comité d’orientation du développement des assurances agricoles » qui réunirait les assureurs, réassureurs, la profession agricole, l’Etat et les régions et dont la vocation serait d’émettre des avis, de conseiller le GIE. Le député du Val-de-Marne souhaite enfin la mise en place d’un guichet unique « pour aller vers une individualisation de l’indemnisation ». Réagissant à ce rapport, le ministre de l’Agriculture a indiqué qu’il « constitue une architecture à même de relever les défis devant nous ».

QUATRE PARAMÈTRES SOUS SURVEILLANCE
Selon le rapport parlementaire, quatre paramètres pour le calcul de la prime d’assurance « feront l’objet d’un suivi rapproché et d’ajustement progressifs pour garantir la maîtrise du budget ».

1) le niveau de pertes appelé seuil qui déclenche l’indemnisation assurantielle, qui sera égal à la franchise représentant le niveau de pertes à la charge de l’agriculteur ;

2) le taux de subvention appliqué aux produits d’assurance récoltes ;

3) le niveau de pertes au-delà duquel l’Etat prend le relais de l’assurance dans l’indemnisation de l’agriculteur ;

4) le taux d’indemnisation des pertes couvertes par l’Etat, dont il est avéré qu’il sera progressivement dégradé pour les non assurés.

Les commentaires ont ete suspendus pour cet article

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,