L'Union Paysanne 27 mai 2011 à 09h40 | Par L’Association des producteurs de lait AOP

Sécheresse - Comment gérer au mieux l’alimentation sur les zones AOP ?

L’herbe pâturée ou conservée provenant de la zone d’appellation est l’une des bases des décrets sur les AOP. La sécheresse va probablement obliger les producteurs à composer autrement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La sécheresse touche actuellement de nombreuses exploitations laitières engagées dans les décrets AOP d’Auvergne. Cela a des conséquences importantes sur l’alimentation des animaux, en obligeant les producteurs à adapter le pâturage et acheter des fourrages qui ne seraient pas en quantité suffisante sur l’exploitation voire sur la zone AOP. L’herbe pâturée ou conservée est à la base des décrets AOP. Il faut donc voir comment gérer au mieux cette crise. Dans tous les cas, il faut encourager les producteurs de lait AOP à maintenir au mieux la part d’herbe produite sur la zone dans l’alimentation des vaches laitières car l’herbe est à la base de la qualité de nos produits et de leur reconnaissance en AOP.

Si le maintien optimal de cette part d’herbe et de son origine demeure le préalable indispensable, l’Association des Producteurs de Lait AOP d’Auvergne appelle aujourd’hui à la vigilance. Dans ce cadre, après étude des problèmes liés à la sécheresse par les ODG, elle s’est positionnée pour que chaque collège producteur fasse dès à présent les demandes suivantes aux ODG : demandes de dérogation sécheresse aux dé-crets AOP et au plan d’inspection.

Les dérogations, pour être reconnues, devront s’appuyer sur un classement en «calamité sécheresse». Ces dérogations ne pourront porter que sur certains points du décret et dans des proportions correspondantes aux pertes sur les exploitations : prise en compte de la luzerne déshydratée comme fourrage, et dans certaines limites, diminution de la part d’herbe issue de la zone au pâturage et dans la ration de base, et possibilité d’achat de fourrage hors zone ; voir exemple de dérogation «rats taupiers» obtenue en 2010.

Le niveau de dérogation devra être en lien avec le niveau de perte reconnu sur la zone.

Adaptation des plans d’inspection

L’Association demande qu’aucune sanction ne soit prise dans le cadre du contrôle externe et du contrôle interne, suite à un manquement liée à la sécheresse, sans que la situation de l’exploitation ne soit étudiée par un comité de pilotage de l’ODG. Ainsi, les résultats des contrôles externes et internes pourront être définitivement évalués par un comité de pilotage dans chaque ODG, lorsque le zonage « calamité sécheresse » sera connu.

A ce jour la sécheresse n’est pas homogène sur toute la zone AOP Auvergne, et la météo à venir peut faire évoluer la situation. Le cadre définitif de dérogation ne pourra être connu qu’à la vue du bilan final des pertes liées à cette sécheresse.

En attendant, il appartient à chaque éleveur de prendre les mesures d’approvisionnement en fourrages nécessaires à la situation de son exploitation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui