L'Union Paysanne 23 juillet 2015 à 08h00 | Par uP 19

Sécheresse en Corrèze : situation et mesures prises au 15 juillet 2015

La Corrèze connaît une météo anormale et qui est prévue pour se prolonger La situation peut se dégrader très vite si le temps actuel se maintient.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Il faut donc anticiper les difficultés. Le prefet a placé le département en état d’alerte sécheresse et décidé les premières restrictions : interdiction d'arrosage des jardins et pelouses entre 8h00 et 20h00, du remplissage des piscines, du lavage des voitures hors des stations Pour le risque d'incendie, le département est classé en période rouge entraînant des restrictions à l'usage du feu. La situation agricole mérite la plus grande attention ; le préfet a lancé les premières investigations pouvant conduire à classer le département en état de calamité agricole.

 

Météo

Les précipitations sont à un niveau inférieur à la normale depuis trois mois. Depuis avril, le dé-partement est en déficit hydrique. En gros, le département n'a pas connu de pluie depuis un mois. À Brive, le cumul des pluies depuis le 1er avril est le plus faible constaté depuis 20 ans à égalité avec 1995 (131 mm entre le 1er avril et aujourd'hui contre une normale à 292).

À Tulle, le cumul depuis le 1er avril est le quatrième plus faible depuis 20 ans (232 mm contre une normale à 344). L'humidité des sols à mi-juillet atteint son niveau le plus bas depuis 30 ans.

 

Agriculture

Le rendement des cultures de printemps (blé, orge) pourrait être inférieur de 15 % à celui de 2014. La récolte de maïs fourrage pourrait être compromise si la sécheresse se poursuit.

Le rendement des prairies serait inférieur d'environ 12 % à la normale. Un déficit est d'ores et déjà constaté dans le Bassin de Brive et sur le plateau de Millevaches. Les prairies sont desséchées. La situation pour l'alimentation du bétail est atténuée grâce aux stocks de fourrage constitués en 2014, année de production abondante.

 

Restrictions : par arrêté du 15 juillet, le préfet a placé le département en « zone d'alerte »

Les collectivités en charge de l'alimentation en eau potable feront connaître à la direction départementale des territoires, sous sept jours puis chaque semaine, leurs besoins ainsi que l'impact des restrictions éventuelles.

Sont interdits :

- l'arrosage des pelouses, jardins d'agrément, potagers, terrains de sport, de 8 heures à 20 heures ;

- le remplissage des piscines privatives, sauf remise à niveau et sauf dérogations délivrées par le gestionnaire du réseau d'alimentation en eau ;

- le lavage des véhicules en dehors des stations de lavage professionnelles, sauf pour ceux qui ont une obligation réglementaire (véhicules sanitaires ou alimentaires) ou technique ;

- le lavage des voies publiques et trottoirs sauf raison de sécurité.

Il est interdit aux utilisateurs d'ouvrages de régulation situés sur un cours d'eau ou en dérivation de provoquer des variations de débit, sauf exigence de sécurité. Sont notamment interdits les éclusées et vidanges d'étangs. Cette interdiction ne s'applique pas aux barrages gérés par EDF et la SHEM.

Les maires demeurent habilités à prendre des mesures plus restrictives.

 

Calamités agricoles

La situation agricole mérite la plus grande attention. La déclaration de l'état de calamités agricoles par le comité national de gestion du risque agricole (CNGRA) suppose que soit constatée une perte de 30 % de l'ensemble de la production fourragère annuelle. Les pertes cons- tatées au printemps n'atteignent pas ce taux et il convient donc d'observer les déficits fourragers durant l'été et l'automne pour faire un bilan fourrager complet.

Afin d'anticiper ces analyses, le préfet a donc lancé un premier recueil de données, par le biais de visites de terrain menées conjointement par des agents de la direction départementale des territoires et des représentants de la profession agricole. Ces visites de terrain ont eu lieu les 21 et 22 juillet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui