L'Union Paysanne 09 juin 2011 à 10h43 | Par FS

Sécheresse - Pour que Profession et Etat accentuent la carte de la solidarité

Sollicité par les responsables de la FDSEA et des JA lors des différentes rencontres et entretiens en cellule sécheresse, M. le Préfet Alain Zabulon, a bien voulu répondre à l’invitation lancée par Tony Cornelissen et Mathieu Jimenez.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Préfet prend note des demandes professionnelles.
Le Préfet prend note des demandes professionnelles. - © SF

Accompagné de Denis Delcour, DDT, le représentant de l’Etat s’est entretenu, avec les responsables syndicaux de la FDSEA et des JA, Jacky Juillard-Condat et son épouse, producteurs de veaux sous la mère et d’agneaux de bergerie sur la commune de St Martial de Gimel, aux côtés des représentants de la chambre d’agriculture, MSA, Groupama, CRCA, de la fédération des Coopératives et des éleveurs voisins présents.

Si malgré la pluie, la sécheresse était l’objet des débats, il s’agissait d’aborder les moyens logistiques à envisager pour acheminer la paille en Corrèze à un prix correct.

 

Opération Paille : «le rail, point névralgique !»

Tony Cornelissen en contact permanent avec ses collègues de l’Essonne, de la FNSEA, les responsables de Réseau Ferré de France étudient la meilleure logistique possible pour acheminer l’ensemble du tonnage corrézien réservé de prime abord à 4 000 Tonnes. C’est évidement sur le prix du transport, point central de l’opération, que tous les efforts ont porté pour sensibiliser le représentant de l’Etat qui, fort d’une étude détaillée, doit appuyer la revendication syndicale. «L’acheminement par rail doit être moins cher qu’un «rendu» camion..» a indiqué le président de la FDSEA, en sachant que l’éleveur devra se rendre en gare. «Il n’y a pas d’autre méthode pour un tel tonnage à enlever en si peu de temps» devait-t-il conclure.

 

Des jeunes soucieux de préserver leur outil de travail, mais à quel prix !
Des jeunes soucieux de préserver leur outil de travail, mais à quel prix ! - © SF

Ne pas tuer notre propre économie

Problématique accentuée par les difficultés actuelles au sein de la filière bovine devait indiquer Maurice Démichel, représentant le président Pierre Chevalier. «La décapitalisation des cheptels est un réel problème pour nous tous. Actuellement nous préférons ne pas coter les animaux plutôt que de subir des baisses imposées par les abatteurs. Les marchés sont encombrés. Nous tuons notre propre économie, celle de demain !» a-t-il indiqué. «Des animaux mal préparés, pas finis, sont ainsi mis sur le marché. Il manquera l’an prochain 10 % du cheptel de souche, tant en bovins lait qu’en cheptel allaitant».

 

Les premières mesures

C’est sur les récentes mesures arrêtées par le Ministre concernant les dispositifs et les engagements de la PHAE, que le Directeur Départemental des Territoires a mis l’accent (voir communiqué par ailleurs de la DDT). Enfin la procédure des calamités agricoles enclenchée doit aboutir à la mission d’enquête convoquée pour le 14 juin avec l’établissement des premiers éléments du dossier pour un examen en commission nationale le 12 juillet.

Reprenant les engagements du Ministre Bruno Le Maire, M. le Préfet s’est montré favorable à faciliter la création de retenues collinaires destinées justement à pallier les conséquences de la situation actuelle, notamment sur les cultures spécialisées.

Les représentants des OPA (MSA, Goupama, CRCA..) ont tour à tour pris la parole pour appuyer les énoncés des dispositifs engagés en lien avec l’Etat et la profession pour accompagner les éleveurs (cf ci-après «Les premières mesures»).

Monique et Jacky Juillard-Condat ont conclu cette visite en développant leur propre problématique actuelle qui se traduit par zéro stock, un manque de fourrage sur 1ère coupe de foin de moins 50 %, une partie des bovins et des ovins en zéro pâturage, complémentés en paille et céréales, des problèmes de financement directement liés. Bref, tout ce qu’il y a de plus commun dans pareille situation.

 

Principales mesures sécheresse

Le Ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire a réuni le 31 mai 2011 les responsables des organisations agricoles composant le Conseil de l’Agriculture Française (FNSEA, JA, Coop de France, Fédération Nationale du Crédit Agricole, Fédération Groupama, CCMSA et l’APCA comme membre associé).

Xavier Beulin au titre de la FNSEA a souligné l’extrême gravité de la situation qui nécessite à la fois solidarité et co-engagement des partenaires.

Les demandes de la FNSEA ont porté sur :

. les besoins en fourrages et la logistique du transport,

. les besoins urgents de trésorerie pour les éleveurs,

. une mise en œuvre rapide du fonds des calamités agricoles,

. un paiement rapide des aides PAC,

. une augmentation du plafond des «de minimis»,

. un aménagement du dispositif de la DPA : le rendre accessible à tout exploitant sans contrainte d’assurance,

. la mise en place effective de l’accord du 3 mai sur la répercussion des hausses de matières premières.

Le Crédit Agricole a annoncé le financement des besoins de trésorerie des éleveurs avec la mise en place d’une enveloppe nationale de 700 millions d’€ pour octroyer des avances au taux de 2 %, ramené à 1,5 % pour les JA, sans frais de dossier.

La MSA a rappelé qu’une enveloppe de 30 millions d’€ était mobilisée pour des possibilités de reports sans pénalité des appels de cotisations de juin sur octobre.

Groupama s’est engagé à pratiquer, sans frais, des échéanciers de cotisations. Il a par ailleurs proposé des extensions de garantie gratuites pour les participants aux opérations «paille» sur simple déclaration de travaux.

Le Ministre a convenu que :

. les soutiens de l’Etat seront examinés à partir de bilans faits à l’automne,

. une procédure accélérée va être mise en place pour le Fonds de Calamités afin que les premiers versements soient possibles dès le 15 septembre,

. la mise en place de la cellule «logistique» était nécessaire.

Il s’est par ailleurs engagé à tout faire au niveau européen pour mobiliser les moyens et les dispositifs aptes à apporter des réponses aux situations.

Il demande aux assureurs de trouver des solutions pour répondre aux producteurs dont la demande d’assurance a été refusée entre le 15 avril et le 15 mai 2011, en particulier les Jeunes Agriculteurs.

Fonds de calamité

Les départements ont jusqu’au 24 juin pour constituer un dossier de reconnaissance au titre des calamités. Le conseil national de l’assurance du 12 juillet examinera les dossiers transmis. Ceux qui seront acceptés feront l’objet d’arrêtés préfectoraux avec transmission des crédits permettant l’indemnisation des agriculteurs. Ceux-ci auront jusqu’à la fin du mois d’aout pour déposer leur demande. Les paiements des dossiers calamités aux agriculteurs commenceront à la mi septembre.

Transports de fourrages

Les dérogations sur le transport de fourrages les week end vont être accordées à l’exception des week end de grand chassés croisés pour les congès d’été.

L’engagement des acteurs du ferroviaire (RFF, SNCF, Eurocargorail…) est d’étudier les demandes, les axes de transport prioritaire (plus de 300 kms), ainsi que l’estimation des tonnages concernés. La FNSEA a alerté sur le dispositif qui est collectif, bénévole et doit permettre de transporter de la paille à moindre coût.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui