L'Union Paysanne 03 juin 2011 à 11h38 | Par FDSEA 19

Sécheresse - Sécheresse en Corrèze : une situation préoccupante sous haute surveillance

Un comité sécheresse s’est tenu à la préfecture de la Corrèze le 27 mai 2011. Il a fait le point sur la situation hydrique et pluviométrique en Corrèze avant de prendre des mesures.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La persistance de la sécheresse en Corrèze, avec un déficit de 40 à 80 % des pluies selon les zones du territoire, demeure très préoccupante. Face à ce constat, les mesures suivantes ont été prises.

 

Eau potable

Les ressources en eau potable sont fortement sollicitées et les gestionnaires des réseaux considèrent que celles-ci sont à un niveau inférieur à la normale.

En conséquence :

Les usages non prioritaires de l’eau seront interdits sur l’ensemble du département dans les prochains jours :

• Arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés (y compris des ronds-points), des jardins d’agrément, des jardins potagers et des espaces sportifs de toute nature,

• Le lavage des véhicules publics et privés hors des stations de lavage professionnelles,

• Le lavage des voies publiques et des trottoirs, sauf pour des motifs de sécurité des usagers,

• Le remplissage des piscines à usage privatif, à l’exception des premières mises en eau de celles nouvellement construites.

Considérant la situation de man-que d’eau constatée dans les communes de Lagraulière, Seilhac et Saint-Jal, et sur demande du Syndicat du Puy des Fourches, les usages d’eau non prioritaires précitées sont interdits.

L’interdiction de vidange des plans d’eau est prolongée jusqu’au 15 septembre 2011.

 

Monde agricole

Les exploitants agricoles sont très durement touchés par la sécheresse qui sévit dans le département, et notamment les éleveurs.

Les mesures suivantes ont été décidées par l’Etat :

- Le ministère de l’agriculture a annoncé des mesures d’adaptation pour permettre aux agriculteurs de modifier la répartition de leurs cultures au sol en fonction des conditions météorologiques du moment ;

- Le principe d’interdiction du broyage des pailles en Corrèze, adopté par arrêté préfectoral du 17 mai 2011, dont l’objectif est de mettre à disposition une ressource fourragère à un prix raisonnable ; cette mesure a été mise en œuvre dans d’autres départements ;

- Un accord de principe a été obtenu pour le versement anticipé au 16 octobre 2011 des aides directes de la Politique agricole commune (Pac), au lieu de décembre 2011 ;

- S’agissant de l’irrigation, qui est peu consommatrice d’eau en Corrèze, des mesures visant à une gestion économe de la ressource seront arrêtées en étroite concertation avec le monde agricole.

La profession agricole se mobilise actuellement pour organiser le marché de la paille, en lien avec les fournisseurs et transporteurs de paille et de céréales.

 

Industries

Les installations classées fortement consommatrices d’eau feront l’objet d’un suivi spécifique et de la mise en œuvre, le cas échéant, d’un plan de maîtrise des prélèvements d’eau.

 

Autres usages de l’eau

Activités piscicoles :

Des mesures d’adaptation de la pratique de la pêche ont été proposées par la Fédération départementale de la pêche, par exemple la diminution du nombre de prises de truites autorisées sur les cours d’eau de catégorie 1 (saumons-truites) et limitation de la pêche dite «en rentrant dans l’eau» dans certains secteurs.

Baignades :

Les lieux de baignade feront l’objet d’une surveillance accrue, en raison du risque de l’apparition de cyanobactéries.

Activités nautiques :

Les activités et manifestations nautiques nécessitant un lâcher d’eau pour augmenter le débit de la rivière seront interdites.

Usage du feu

Il est interdit à toute personne de porter ou d’allumer du feu sur la totalité du territoire du département, à l’exception des habitations, de leurs dépendances ainsi que des ateliers et établissements industriels.

 

Lors de ce comité sécheresse, la FDSEA et les JA ont demandé à ce qu’il y est une intervention sur les prix des carcasses de vache, car actuellement les éleveurs décapitalisent en vendant une partie de leur cheptel : ils ne pourront plus nourrir leurs bêtes dans quelques semaines. Le coût de l’alimentation va atteindre les 200 euros par UGB. Il faut rapidement intervenir !

Une autre demande a été formulée par la FDSEA et les JA : il faut interdire le broyage des pailles sur tout le territoire français pour permettre aux éleveurs d’en acheter à un prix raisonnable. La FDSEA et les JA demandent aussi un assouplissement sur les assolements, et sur les engagements en PHAE.

VM - FDSEA 19

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui