L'Union Paysanne 24 juin 2011 à 10h30 | Par SF

Sécheresse - Une mission d’enquête sur le terrain

La reconnaissance du caractère de calamité agricole est enclenchée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ventilation des groupes avant le départ, en présence des responsables FDSEA /JA et de l’administration.
Ventilation des groupes avant le départ, en présence des responsables FDSEA /JA et de l’administration. - © DR

La FDSEA et les JA ont renouvelé à l’occasion de la visite sur l’exploitation de M et Mme Juillard-Condat la demande de reconnaissance du caractère de calamité agricole.

Cette demande a été prise en compte par l’administration puisque la DDT a diligenté une mission d’enquête qui s’est rendue le mardi 14 juin dernier dans plusieurs exploitations du département pour estimer les pertes.

Le ministre de l’agriculture Bruno Le Maire ayant promis le versement des premières indemnités pour la mi-septembre, il revient à chaque département d’établir son dossier de reconnaissance au plus tôt, sachant que la commission nationale se réunira le 12 juillet prochain.

Les membres de la mission d’enquête sont unanimes dans leurs conclusions : à une ou deux exceptions près, les pertes sont estimées entre 50 % et 70 % selon les secteurs. Aux fortes chaleurs qui ont inhibé la pousse de l’herbe conjuguées à l’absence significative de pluviométrie, les gelées dans plus de la moitié (nord) du département sont venues accentuer les pertes en fourrages. Sachant que les premières coupes représentent 60 à 70 % des stocks fourragers, les pertes sont immenses sur l’ensemble du territoire corrézien, évaluées de prime abord à 150000 tonnes.

Les représentants de la FDSEA et des JA, compte tenu du caractère général qui peut être appliqué pour ce type de sinistre, ont proposé que l’ensemble du département soit retenu au titre des calamités agricoles. Le seuil fatidique de reconnaissance de 30 % de perte dans la culture considérée est d’ores est déjà atteint au moins pour les fourrages. Pertes qui doivent toujours représenter au minimum 13 % du produit (théorique) de l’exploitation. Si les exploitations à dominantes bovines, ovines, caprines, laitières… rentrent dans ces seuils, se pose la problématique de la diversification qui ampute d’autant la prise en compte au titre de l’indemnisation ; vieux problème récurrent pour lequel la FDSEA et les JA demandent inlassablement une indemnisation au titre du sinistre en question et non son intégration dans la globalité de l’exploitation.

Présents à la Commission départementale des calamités agricoles, les représentants de la FDSEA devaient appuyer le 21 juin une demande de reconnaissance sur l’ensemble du département. Pour la FDSEA tout zonage est à exclure.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui