L'Union Paysanne 22 novembre 2013 à 08h00 | Par VS

Section bovine FDSEA - 690 millions pour la PMTVA et moi et moi et moi…

Le président de la section Bovine, Gilles Lavergne, a réuni les groupements, associations d’éleveurs, l’EDE et les présidents FDSEA et JA sur la question des aides couplées dans l’élevage et en particulier la PMTVA.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Autour de Gilles Lavergne, président de la section Bovine, le groupe Capel, le LEC, l’EDE et les présidents des JA et de la FDSEA ont examiné  la question de la future PMTVA.
Autour de Gilles Lavergne, président de la section Bovine, le groupe Capel, le LEC, l’EDE et les présidents des JA et de la FDSEA ont examiné la question de la future PMTVA. - © UP 19

L’opacité des réunions de travail de la Direction générale des politiques agricole, agroalimentaire et des territoires (DGPAAT) entraine des inquiétudes bien légitimes dans le monde agricole et surtout dans celui de l’élevage quand il est question d’aides couplées.

Face à cette situation, Gilles Lavergne, président de la section Bovine, a souhaité réunir les groupements, associations d’éleveurs, l’EDE et les présidents FDSEA et JA pour se concerter sur la question de la PMTVA.

Aujourd’hui, qui peut prétendre connaître le montant de la future PMTVA et les clés de sa répartition ? Déjà, dans les têtes, son montant est inexact. Les fameux deux cents euros représentent une somme «brute», car après modulation (qui permet d’alimenter le second pilier) l’aide à la vache allaitante est de 176.93 € pour les quarante premières et 152,78 € pour les suivantes.

La spéculation va bon train. Chacun s’accorde à dire qu’il faut une PMTVA se rapprochant des deux cents euros voire plus, mais à vouloir contenter tout le monde on ne satisfait personne.

A Cournon, le 2 octobre dernier, le Président de la République a annoncé dans son discours que «le budget des aides animales actuellement couplées sera non seulement maintenu, qu’il s’agisse de la prime à la vache allaitante, de la prime bovine, de la prime caprine, de l’aide au lait de montagne ou celle au veau sous la mère, mais les modalités de répartition seront modifiées afin de sortir de la logique des droits historiques au profit des volumes effectivement produits. C’est cela le couplage». Il faut reconnaître que François Hollande a été relativement précis dans ses annonces, mais la modification des modalités de répartition des aides entraine de nombreuses questions. A ce sujet lors de la réunion, le président Gilles Lavergne s’est positionné sur le principal point de désaccord, l’existence d’un seuil : «Il faut mettre en place un soutien fort par animal productif et fixer un seuil d’accès permettant une prime conséquente. Pour autant nous nous opposons au seuil de trente vaches allaitantes. Le département présente de nombreuses spécificités et différentes productions, un seuil de trente exclurait la moitié des exploitations corréziennes». Propos approuvés par le président de la FDSEA, qui demande l’application d’une convergence «afin que ceux qui viendraient à perdre sur cette aide aient le temps de

s’adapter aux nouvelles règles». Excusé pour cette réunion de travail, Gilbert Delmond, président de l’Adeco, a fait connaître son inquiétude sur le montant de la PMTVA et sur les «forts» DPU. Les points de vue économiques du groupe Capel (représenté par Stéphane Bourdarias) et du LEC, qui ont participé eux aussi aux travaux, croisés avec les chiffres des services de l’EDE, ont permis d’appréhender cette question fondamentale de seuil.

Il faudra trouver un consensus sur le sujet avant le 6 décembre prochain, date à laquelle le ministère devrait dévoiler les nouvelles règles pour la Pac 2015-2020.

D’ores et déjà la FDSEA de la Corrèze a fait remonter au niveau national sa position sur le seuil et l’aspect «productif» de l’aide en défendant les spécificités du département sans pour autant fermer la porte à de nouvelles hypothèses, comme celle de mettre en place des PMTVA systèmes, adaptées à chaque production.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui