L'Union Paysanne 13 avril 2011 à 10h09 | Par Section bovine

Section bovine - Gilbert Delmond accède à la présidence

Mêmes causes et mêmes effets de chaque côté de la frontière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tony Cornelissen en soutien des producteurs pour trouver des solutions à la crise sur l'élevage.
Tony Cornelissen en soutien des producteurs pour trouver des solutions à la crise sur l'élevage. - © DR

Après plus de 25 ans passés à informer, à sensibiliser les éleveurs sur les enjeux de la production bovine dans des contextes à forte variabilité, Maurice Demichel a souhaité prendre un peu de recul "je ne suis pas homme à m'accrocher. Il faut bien un jour savoir passer la main".

C'est dans un contexte un peu particulier que s'opère cette transition avec la quasi fusion des sections bovine et veau sous la mère. Et d'admettre qu’au cours des années «les choses ont bien changé dans le secteur de la viande bovine». «J'ai connu tous les aléas qu'a pu traverser ce secteur, une fois production excédentaire, puis déficitaire, essentiel à l'économie corrézienne. Des négociations sur la fixation des prix au passage des successives réformes de la Pac, aujourd'hui la dérégulation, autant d'éléments, de changements qui s'inscrivent dans les évolutions et attentes sociétales du 21e siècle.»

Pierre Chevalier est revenu sur la crise actuelle, sans solutions notoires sur le marché intérieur. «Seule perspective l'export sur pays tiers, dans ce domaine les entreprises françaises ne sont pas compétitives sans l'aide de l'état. Encore faut-il qu'elles veuillent bien jouer le jeu... de l'intérêt national. Du ministre de l'agriculture à la vision et du vécu que j'en ai, nous sommes tous convaincus qu’il y à problème dans ce secteur». Et d’indiquer que Bruxelles doit mettre la main au porte monnaie pour dégager des crédits exceptionnels à l’instar de la production laitière. Reste le broutard dont les difficultés actuelles sont liées au désintéressement d’une partie des engraisseurs Italiens. «Nous exportons moins d’un million de broutards contre 1,2 million les années précédentes. Le prix du maïs et des céréales tout comme la restructuration des ateliers sont les principales causes de cette désaffection. L’Italie ressemblerait-elle à la France ?»

Plus concrètement, sur les dossiers corréziens, sont revenus sur le tapis la problématique de la réforme du cahier des charges autorisant la poudre de lait pour cette production «où il est en rien blasphématoire d’utiliser ce type de complément alimentaire car la Limousine n’a jamais, sauf exception, été une grande productrice de lait, même si ce dernier est de qualité».

M. Demichel est, quant à lui, revenu sur le taux de chargement de la prime à l’herbe qui pénalise une soixantaine d’exploitations. A ce sujet il sera envoyé un courrier aux éleveurs destinés à les sensibiliser sur les enjeux et conséquences financières dus au dépassement de 1,4 ugb/ha.

Plus globalement pour conclure, les responsables de ce secteur adresseront un dossier argumenté aux parlementaires corréziens pour les sensibiliser aux difficultés de cette production. Mais c’est sur les inquiétudes une fois de plus climatiques que se portent tous les regards, manque de paille, de foin et

peut-être d’herbe, vus les actuels coups de chaleur.

Le bureau


Président : Gilbert Delmond, Allassac.

Secrétaires généraux :

Patrick Plantadis, Soudaine Lavinadière,

Lucien Rouzier, Saint Hilaire Peyroux.

Vice-présidents :

Maurice Demichel, Le Lonzac,

Pierre Chevalier, Laroche Près Feyt,

Pierre Beysserie, Naves,

Jean-Marc Esclair, Chauffour.

Secrétaires généraux adjoints :

Sébastien Chauzas, Estivaux

Joel Rosier, Servières le Château,

Eric Paleyrie, Brignac la Plaine,

Marc Pradel, Margerides.

Membres :

Jean-Claude Taurisson, Varetz,

René Chaulet, Meyssac,

Jean-Marc Vigne, Saint Bonnet Avalouze,

Michel Boutot, Varetz,

Sandrine Chavagnac, Chamboulive,

Jean-Marc Simonet, Albignac.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui