L'Union Paysanne 18 mars 2011 à 09h39 | Par P. Dumont

Session - Les Jeunes Agriculteurs travaillent sur le foncier

Le foncier constitue aujourd’hui le premier frein à l’installation. C’est un sujet de préoccupation majeur pour les jeunes agriculteurs qui se sont réunis en session nationale foncier les 8, 9 et 10 mars dernier en Haute-Vienne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La réorganisation parcellaire au cœur des discussions.
La réorganisation parcellaire au cœur des discussions. - © DR

chir sur le foncier, élaborer des propositions, envisager l’avenir. Tel était l’objectif de la session JA national qui s’est déroulée la semaine dernière sur le site des Vaseix (87). Venus de toute la France y compris des DOM-TOM, les jeunes agriculteurs et leur président Jean-Michel Shaefffer ont partagé leur temps entre visites sur le terrain et travaux en salle. Ils se sont notamment rendus sur le canton de Nieul, sur une exploitation impactée par le tracé du projet de ligne à grande vitesse et ont rencontré des représentants de Réseau Ferré de France. De retour en salle, ils ont concentré les réflexions sur deux thématiques : les Safer et la réorganisation parcellaire. A l’issue de la seconde journée de travail, un premier bilan était fait aux partenaires. Sur le premier thème, Thomas Diemer (JA national) a réaffirmé l’importance des Safer et la volonté des JA de travailler en étroit partenariat avec elles. «Les Safer sont un outil auquel nous croyons, il ne faut pas le perdre. Nous les soutiendrons mais elles doivent soutenir les jeunes agriculteurs également» a-t-il ajouté. Frank Menonville, représentant national de la Safer, a également rappelé que les JA ont été partie prenante dans la création de cet outil. Créée pour les agriculteurs, la modernisation de l’agriculture et le renouvellement des générations, la Safer concentre actuellement 80 % de son activité à l’agriculture. De nombreux facteurs sont à surveiller dès à présent, consommation des terres agricoles en tête. Le financement de la structure, dont les missions de service public sont confirmées mais sans deniers publics, de même que son mode de gouvernance sont également en question. S’agissant du Limousin, «nous avons toujours du foncier à vendre mais il y a de moins en moins de candidats à l’installation» a déploré Jean-Luc Niveau, directeur de la Safer Marche Limousin.

Autre problématique, la réorganisation parcellaire qui pourrait être un outil pour lever les freins dans l’accès au foncier. JA national propose sur ce point la nomination d’un médiateur pour les cas délicats. Arnaud Tachon, responsable foncier à JA national a par ailleurs évoqué la taxe sur le changement de destination des terres agricoles instaurée dans le cadre de la LMA. A ce jour, il est envisagé d’affecter les sommes perçues au cautionnement de jeunes souhaitant s’installer ou à la prise en charge de certains surcoûts (assurances bancaires).

 

Les JA en visite sur une exploitation impactée par le tracé de la LGV.
Les JA en visite sur une exploitation impactée par le tracé de la LGV. - © DR

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui