L'Union Paysanne 08 mars 2013 à 09h31 | Par Guillaume Demichel

SIA - Une journée limousine au Salon de l’Agriculture

La cinquantième édition du Salon International de l’Agriculture s’est achevée dimanche et a rassemblé près de 700.000 visiteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Défilé de limousines pour le Concours général agricole.
Défilé de limousines pour le Concours général agricole. - © Guillaume Demichel

Jeudi 28 janvier 2013, la journée commence tôt sur les quais des gares limousines. Au départ de Brive-la-Gaillarde, de Limoges ou d’Argenton-sur-Creuse, de nombreux voyageurs embarquent pour la capitale. Direction Paris, porte de Versailles. Direction le Salon International de l’agriculture. La nuit a été courte mais l’excitation est de mise pour tous ces voyageurs. Un programme riche en sensations attend en effet ceux qui, ce jour-là, se rendent au cœur de la plus grande vitrine de l’agriculture française. Ce jour où le Limousin est roi.

Arrivée à Paris, gare d’Austerlitz. Une demi-heure de métro plus tard, on ressort enfin à la surface. Devant nous, le parc des expositions de la porte de Versailles. Visiblement, beaucoup de personnes ont eu la même idée aujourd’hui. Devant l’entrée, malgré l’heure matinale de ce jour de semaine, une foule de visiteurs s’est rassemblée. Entre professionnels, entre amis ou en famille, le Salon international de l’agriculture va attirer, encore cette année, près de 700.000 visiteurs. Sept halls d’exposition les attendent, en particulier le troisième où a déjà commencé le concours général agricole limousin.

Sur le ring, les plus beaux spécimens des races limousines et charolaises défilent les uns après les autres. Certains sont des habitués du Salon à l’image du GAEC Pimpin Frères (87), déjà récompensé à de nombreuses reprises à Paris. D’autres viennent pour la première fois tel le GAEC Besse Père et Fils (19). «C’est un honneur et un privilège d’avoir un animal sélectionné pour ce concours. Le Salon permet de communiquer avec un large public et est aussi un lieu fédérateur pour toute la filière, du producteur au point de vent », témoigne l’un des participants limousins.

Photo 2: Galilée, un cul-noir qui apprécie la notoriété.
Photo 2: Galilée, un cul-noir qui apprécie la notoriété. - © Guillaume Demichel

Boucher : un métier d’avenir

Au rez-de-chaussée du hall 7, nos visiteurs limousins retrouvent un autre concours pour une autre fierté agricole de la région : le porc Cul-Noir. Cette année, les organisateurs ont choisi de mettre en avant Galilée qui a largement profité du bain de foule avec le public et la délégation officielle limousine. Le Salon de l’Agriculture permet de passer de la production à la transformation en changeant simplement d’allée. Ainsi, sur le stand de l’Interprofession Viande et Bétail, un petit groupe d’apprentis bouchers du CFA des Treize-Vents de Tulle (19) est venu rencontrer le président national des artisans bouchers, Christian Le Lann, dans le cadre du partenariat avec le Pôle d’excellence viande corrézien. «Il est important de dire aux plus jeunes que le métier de boucher est un métier d’avenir, que ce soit en boucherie traditionnelle ou en grande distribution. Ces jeunes sont motivés et peuvent être plus tard de véritables repreneurs. L’affaire Findus ouvre un vrai débat sur l’alimentation que nous voulons pour demain. Cette fraude montre que la filière viande, notre richesse gastronomique nationale, doit être encadrée par des professionnels de qualité, tels que le seront bientôt ces jeunes», explique Christian Le Lann.

Mais midi approche et déjà nos visiteurs limousins commencent à avoir l’estomac dans les talons. Il faut dire qu’arpenter les allées et les stands demandent beaucoup d’énergie. Direction les premier et deuxième étages du hall 7 où s’affrontent des spécialités gastronomiques venues de toutes les régions, métropolitaines et d’outre-mer, pour savoir lesquelles seront plébiscitées par les visiteurs. Sur les stands limousins, nos visiteurs découvrent toutes les couleurs et les saveurs chères à leur région.

Ainsi, ils ont pu partager un Lou Burger avec le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, le tout premier burger vendu sur le Salon créé par le CREPAL (Comité régional de promotion des produits agricoles et alimentaires du Limousin) et exclusivement composé à partir d’ingrédients régionaux. Un pain individuel à la farine de châtaigne (l’Atelier de la châtaigne, Doumazac, 87), un steak haché frais de race limousine (Plainemaison, 87), une fine tranche de Pomerol (Fromagerie Duroux, 19), une tranche généreuse de pomme AOP, une feuille de salade et deux sauces au choix : un fond de veau ou une sauce Marie-Rose (Delouls, 87). Une bonne glace au lait de la Ferme des Parettes (Beyssac, 19) et une bière creusoise de la Brasserie du Plateau (Croze, 23) viennent ensuite compléter ce repas 100 % limousin avec vue sur la Tour Eiffel.

Stéphane Le Foll croque un Lou Burger, tout premier burger vendu au salon.
Stéphane Le Foll croque un Lou Burger, tout premier burger vendu au salon. - © Guillaume Demichel

Discussions sur la réforme de la PAC

Requinqués par leur halte gastronomique, nos Limousins re-prennent leur visite. Sur les différents rings, les concours se poursuivent et attirent l’attention de bon nombre de spectateurs. Des visiteurs curieux qui, pour la plupart, voient le Salon de l’Agriculture avant tout comme une attraction conviviale et familiale. Mais beaucoup ignorent que l’événement parisien est aussi l’occasion pour de nombreux professionnels de discuter et d’appréhender les enjeux qui attendent l’agriculture de demain.

Ainsi, le président de la FRSEA du Limousin, Bruno Gausson, et son homologue auprès des Jeunes Agriculteurs, Fabien Romanet, ont rencontré le député européen Jean-Pierre Audy et ont abordé ensemble la prochaine réforme de la PAC. «Le Parlement européen est susceptible de voter l’accord du budget sauf que la PAC prévoit une baisse de ce budget de 14 % en moyenne. Dans cette affaire, la France s’en sort plutôt bien avec une baisse de seulement 4 % par rapport au précédent budget. De fait, il pourrait y avoir une révision de la ligne budgétaire qui mettrait tous les Etats de l’Union à moins 14 %. Il y a aussi la volonté française de surprimer les 50 premiers hectares mais nous sommes les seuls à le demander alors que tous les au-tres Etats se dirigent vers la convergence. Nous voulons avant tout une politique de filière forte et donc le couplage pour les productions animales, notamment bovins viande et ovins», témoigne Bruno Gausson.

Mais déjà le ciel parisien commence à s’obscurcir et l’heure du départ approche à grands pas pour nos visiteurs limousins. La journée est passée si vite. Les allées et les halls du Salon sont de plus en plus clairsemés tandis que les vaches laitières sont amenées une à une vers la salle de traite. Au dehors, une foule compacte se dirige vers l’entrée du métro, direction la gare d’Austerlitz. Dans le train qui roule en direction du Limousin, beaucoup repensent à la journée qu’ils ont passée et à toutes les choses qu’ils ont vues, entendues ou senties. Des images, des odeurs ou des saveurs qui témoignent d’une seule et même envie pour ceux dont déjà les yeux se ferment, bercés par le balancement du train : «ça valait le coup, on reviendra l’année prochaine».

PALMARES DU CONCOURS RACE LIMOUSINE

Champion adulte

1 - Disney Gaec Pimpin Frères 87700 Beynac

 

Synthèse mâle

1 - Eclair Copropriété Camus 87160 Arnac La Poste

 

Championne adulte

1 - Chinoise Gaec Camus Père Et Fils 87160 Arnac La Poste

 

Synthèse femelle

1 - Chouchoute Gaec Pimpin Frères 87700 Beynac

 

Section 34M4 Mâles à fort développement musculaire

1 - Clavecin Gaec Ballereau 36340 Malicornay

2 - Fuschia Gaec Gilles et Franck Dumond 19230 Arnac Pompadour

3 - Forban Gaec Nanot 87130 Linards

 

Section 34M3 Taureaux âgés de plus de 40 mois

1 - Disney Gaec Pimpin Frères 87700 Beynac

2 - Diamant Gaec Camus Père Et Fils 87160 Arnac La Poste

3 - Ecolier Gaec Pimpin Frères 87700 Beynac

 

Section 34M2 Taureaux âgés de 28 à 40 mois

1 - Everest Gaec Lebourg 23800 Maison Feyne

2 - Fakir Gaec Marcailloux N. Et St. 19370 Chamberet

3 - Ferry Gaec Camus Père et Fils 87160 Arnac La Poste

 

Section 34M1 Taureaux âgés de 19 à 28 mois

1 - Favard Gaec Pimpin Frères 87700 Beynac

2 - Gallas Marchive Daniel 87500 Glandon

3 - Fabuleux Gaec Besse Père et Fils 19210 St Pardoux Corbier

 

Section 34F4 Vaches suitées de plus de 4 ans et 4 mois

1 - Chinoise Gaec Camus Père et Fils 87160 Arnac La Poste

2 - Carine Gaec Camus Père et Fils 87160 Arnac La Poste

3 - Adorée Gaec Hilaire 19510 Masseret

 

Section 34F3 Vaches suitées de 3 ans 4 mois à 4 ans 4 mois

1 - Eglantine Gaec Pimpin Frères 87700 Beynac

2 - Demoiselle Gaec Des Iles Parrou 46130 Tauriac

3 - Désirée Gaec Bourbouloux 19140 St Ybard

 

Section 34F2 Vaches suitées de moins de 3 ans et 4 mois

1 - Emeraude Earl Deconchat 87110 Le Vigen

2 - Frisette Jaugeas Philippe 19410 St Bonnet L'Enfantier

3 - Elsa Gaec Trentalaud 87340 La Jonchère St Maurice

 

Section 34F1 Génisses pleines de moins de 32 mois

1 - Féline Earl Deconchat 87110 Le Vigen

2 - Fontaine Earl Régis Géraud 19350 Juillac

3 - Fringante Gaec Pimpin Frères 87700 Beynac

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui