L'Union Paysanne 02 mars 2022 a 10h00 | Par Sophie Chatenet

SOUTIEN. Comment bénéficier des aides porcines ?

Face à la crise traversée par les éleveurs de porcs, le ministère de l’Agriculture vient de débloquer deux enveloppes : un plan d’urgence doté de 3,9 millions en Nouvelle Aquitaine et une aide directe aux éleveurs liées à la crise Covid.

Abonnez-vous Imprimer
- © @DR

Les éleveurs de porcs subissent à nouveau l’effet ciseaux liés à la hausse des coûts de production combinée à une baisse des cours de la viande porcine. « Des évaluations sont en cours dans les départements avec les organisations de producteurs, les banques, les DDT, afin de repérer les personnes les plus en difficulté », explique Bruno Douniès, directeur de l’interprofession porcine Auvergne-Limousin. Ces élevages mis à mal par la crise devraient pouvoir bénéficier d’une aide forfaitaire de 15 000 euros avec application de la transparence Gaec. Le ministère de l’Agriculture vient d’en donner les modalités en tablant sur une enveloppe de 75 millions d’euros. Les exploitations concernées sont celles ayant consommées plus de 80% de l’encours court terme auprès de la Banque et/ou 80% de leurs encours fournisseurs. D’après les premières estimations, la région Auvergne-Rhône-Alpes pourrait justifier de 150 dossiers pour un volume global de 2,27 millions d’euros. Les demandes de dossier sont à faire rapidement auprès de sa DTT.

Aide Covid

Parallèlement à cette aide d’urgence, le ministère de l’Agriculture vient de mettre en place dans le cadre des aides Covid, une seconde aide directe aux éleveurs de porcs dotée de 175 millions d’euros, qui sera proportionnelle au nombre de porcs commercialisés (500 porcs minimum). Les critères d’attribution sont en cours de calage. Les demandes devront se faire sur le site de France Agrimer. Les éleveurs pouvant y prétendre en seront informés par courrier. Un bonus pour les élevages situés en zone de montagne est à l’étude. A noter, que les éleveurs ayant bénéficié de la première aide d’urgence se verront retrancher le montant déjà perçu sur la seconde aide directe.

Baisse du nombre de porcs

Si ces aides seront les bienvenues, elles n’endigueront pas à elles seules le problème actuel de rentabilité liée à un marché sous tension. « Le marché européen est toujours soumis à une offre importante tandis que la demande intérieure et à l’export est en berne. Le prix du porc en France est à 1,43 euros du kilo alors que les charges ont explosé. Les effectifs porcins se replient de manière significative en Allemagne (-8% en raison notamment de la fièvre porcine africaine) et de la fermeture du marché chinois), au Danemark, en Pologne mais aussi au Royaume-Uni », analyse Elisa Husson, ingénieure d'études économiques à l'IFIP en charge de la conjoncture du marché du porc. Reste à savoir si cette décapitalisation sera suffisante pour redresser les cours. En Espagne, la cotation est remontée de 5 centimes entre le 1er janvier et le 8 février 2022. La demande semble repartir au Nord de l’Espagne…Autant d’indices d’un possible frémissement à venir.

Les commentaires ont ete suspendus pour cet article

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,