L'Union Paysanne 16 septembre 2011 à 10h05 | Par P. Dumont

Tech ovin - Tous mobilisés pour l’installation en élevage ovin

«La Reconquête ovine, cap sur l’installation» était le thème de Tech-Ovin 2011. Il était au centre des débats lors d’une table ronde réunissant entre autres la Fédération Nationale Ovine et Jeunes agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Quatre axes vont diriger les actions pour favoriser l'installation : susciter des vocations, développer les compétences des éleveurs, mettre en relation cédants et repreneurs, rechercher de nouvelles formes de financement du foncier.
Quatre axes vont diriger les actions pour favoriser l'installation : susciter des vocations, développer les compétences des éleveurs, mettre en relation cédants et repreneurs, rechercher de nouvelles formes de financement du foncier. - © P. Dumont

La météo peu clémente n’a découragé ni les visiteurs, ni les organisateurs de Tech-Ovin 2011. Placé sous le signe de la reconquête ovine et de l’installation, ce 7è salon national ovin a mis en œuvre de nombreuses animations autour de ce thème. Une session d’accueil d’actifs, organisée sur les deux jours, a ainsi permis aux cédants de rencon-trer des repreneurs potentiels. Des «cafés causette» ont donné aux visiteurs, notamment des jeunes en formation, la possibilité d’échanger avec de jeunes agriculteurs. La FNO et JA ont également présenté le travail mené en commun visant à faire de la filière ovine un « laboratoire à l’installation ». Une initiative plus que nécessaire si l’on considère qu’un éleveur ovin sur deux partira en retraite d’ici 2020. Etaient présents à leurs côtés pour imaginer les actions pouvant être mises en œuvre, des représentants du Crédit Agricole, de Coop de France et un gestionnaire de patrimoine.

Les actions à venir pour favoriser l’installation en élevage ovin s’organisent autour de quatre axes : susciter des vocations, développer les compétences des éleveurs et futurs éleveurs, rechercher et mettre en relation cédants et repreneurs potentiels, rechercher de nouvelles formes de financement du foncier adaptées aux problématiques actuelles. Sur ce dernier point, la possibilité de faire appel à des investisseurs extérieurs a été largement évoquée. Piste à creuser selon Patrice Le Bihan de Quatuor Patrimoine. «L’investissement doit à la fois être attractif pour l’investisseur et permettre au porteur de projet de conserver son indépendance, expose-t-il. Les avantages fiscaux liés aux baux à long terme sont intéressants. Des outils existent déjà, il faudrait les dépoussiérer.» L’avis semble partagé par l’ensemble des participants, charge à eux de travailler en synergie dans les mois à venir. Dans le même ordre d’idées, des exemples d’actions existantes et qui fonctionnent ont été cités, telle la possibilité offerte aux communes limousines (via une enveloppe régionale) d’acquérir du foncier pour y installer un JA.

Autre frein à l’installation évoqué, l’image de la production ovine sur laquelle les acteurs de la filière devront porter leurs efforts. Sur ce point, le retour à un niveau de revenu correct d’une production longtemps à la traîne devrait être un argument de poids.

Mission accomplie pour les organisateurs de Tech-Ovin. Les 15000 visiteurs espérés ont été au rendez-vous. Le resserrage de la manifestation sur deux jours assortis d’une journée dédiée à des visites professionnelles semble avoir satisfait les visiteurs comme les exposants. La formule devrait être reconduite en 2013. Au niveau des animations, comme à l’accoutumée, tonte et chiens de troupeau se sont taillés un franc succès. Les équipements d’élevage ont également reçu bon nombre de visiteurs et l’ensemble des exposants semblent satisfaits des contacts pris sur le salon. Enfin, la session d’accueil d’actifs, animation phare des deux jours, a rassemblé une trentaine de personnes, cédants et repreneurs confondus.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui