L'Union Paysanne 08 juillet 2015 à 08h00 | Par Richard Zizert

Tous en marche contre le cynips

Les producteurs de châtaignes se sont retrouvés en Corrèze à l’occasion de l’assemblée générale du Syndicat national de la châtaigne (SNPC). Elle s’est tenue à Beynat le 26 juin dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les différents représentants des départements ont pu longuement échanger sur les méthodes mises en œuvre dans la lutte contre le cynips.
Les différents représentants des départements ont pu longuement échanger sur les méthodes mises en œuvre dans la lutte contre le cynips. - © Richard Zizert

Les producteurs de châtaignes de toute la France sont passés à l’offensive, une véritable déclaration de guerre contre le cynips. Pour rappel, ce ravageur est un parasite qui pond ses œufs dans les bourgeons du châtaigner. Au moment du développement de ces larves, des galles rouges se forment à la place des jeunes pousses du châtaigner. Découvert dans le sud de la France en 2007, le cynips a gagné peu à peu une grande majorité des départements français.

 

De nombreux lâchers de torymus

L’une des luttes les plus efficaces est le lâcher de torymus, une micro-guêpe capable d’éradiquer le cynips. Ainsi, l’ensemble des producteurs de chaque département est revenu sur l’année écoulée, une année marquée pour beaucoup par cette lutte biologique.

Sur la campagne écoulée, plus de deux mille quatre cents lâchers de torymus ont été réalisés, soit environ cent quarante-sept mille femelles torymus sinensis. L’origine de ces galles est le Var en premier lieu, suivi de l’Italie. La Drôme et l’Ardèche sont également concernées, mais dans une moindre mesure.

Les Pays de la Loire et le Languedoc-Roussillon ont procédé respectivement à soixante-dix et quarante-huit lâchers. La Corse, elle aussi impactée, a introduit quarante mille femelles, soit quatre cent lâchers. Mais les régions qui ont entrepris le plus d’actions sont Rhône-Alpes et le grand Sud-Ouest.

La journée de vendredi s’est conclue par la visite de l’exploitation de Pascal Coste à Beynat. Le président du conseil départemental a ainsi pu faire découvrir son travail.
La journée de vendredi s’est conclue par la visite de l’exploitation de Pascal Coste à Beynat. Le président du conseil départemental a ainsi pu faire découvrir son travail. - © Richard Zizert

Trois cent trente en Limousin

En Rhône-Alpes, et particulièrement en Ardèche, mille quatre-vingt-seize lâchers ont été effectués. Pour le Sud-Ouest qui compte l’Aquitaine, le Poitou-Charentes et le Limousin, huit cent trente-deux lâchers ont pu se faire collectivement avec le soutien des syndicats, des associations, des Chambres d’agriculture ou d’Invenio. Sur la région hôte de cette assemblée, le Limousin, trois cent trente lâchers effectués, dont deux vingt-huit, rien qu’en Corrèze.

Sachant qu’il faut compter quelques centaines d’euros par hectare pour un lâcher, la question du financement a donc été évoquée par les protagonistes. Chaque département a parlé de sa propre expérience. Tout d’abord, pour l’année 2015, une aide nationale est allouée par le ministère de l’Agriculture. Des financements variables selon les régions viennent se greffer, octroyés par les collectivités locales, conseils départementaux, chambres d’agriculture, apiculteurs ou partenaires (Crédit Agricole, Groupama, PNR,…).

Une autre initiative, qui concerne la Corse, doit faire partie des plus originales. En effet, le département a procédé à un appel aux dons de particuliers. Ainsi, grâce à une campagne de communication finement orchestrée, ils ont pu récolter cent un mille euros. Avec des souscripteurs locaux mais aussi internationaux de Montevideo, Québec, Argentine… La lutte contre le cynips est onéreuse mais nécessaire pour éradiquer ce parasite et permettre aux producteurs des récoltes futures plus sereines.

 

Les plantations de châtaigniers sont en irrigation.
Les plantations de châtaigniers sont en irrigation. - © Richard Zizert

80 % de production retrouvée

Le témoignage des producteurs d’Alpes-Maritimes a permis de rassurer leurs confrères. En effet, le département a été le premier touché en 2007. Ils ont également dès 2010 procédé à de nombreux lâchers de torymus. Aujourd’hui, cinq années plus tard, ils n’ont plus besoin de réintégrer des torymus car le milieu naturel en a à profusion. Le cynips est donc maîtrisé et, de surcroît, les arbres infestés par le parasite ont retrouvé aujourd’hui un rendement à hauteur de 80% de leur production initiale. Une victoire et surtout un témoignage rassurant pour l’ensemble de la profession.

La journée s’est conclue par la visite de l’exploitation du président du Conseil départemental de la Corrèze, Pascal Coste. Des visites qui se sont poursuivies jusqu’au lendemain matin chez deux autres producteurs, Patrick Henry à Vigeois et Alain Chauffour à Lagraulière.

Un nouveau président

 

Bertrand Guérin, producteur de châtaignes en Dordogne, président de l'Union Interprofessionnelle Châtaigne Périgord, Limousin, Midi-Pyrénées, vient d'être désigné à la tête du Syndicat National des Producteurs de Châtaignes (SNPC). Il succède à Daniel Vernol, producteur ardéchois, qui a assuré la présidence depuis la création du syndicat national en 2012. Daniel Vernol reste vice-président du SNPC.

Le Syndicat National des Producteurs de Châtaignes regroupe les principales régions de production (d'Est en Ouest) : Corse, Provence-Alpes-Côte-D’azur, Rhône-Alpes, Languedoc- Roussillon, Midi-Pyrénées, Aquitaine, Limousin.

Le nouveau bureau du syndicat est constitué de :

Président : Bertrand Guerin (Union Interprofessionnelle Châtaigne Périgord, Limousin, Midi-Pyrénées)

Vice-présidente : Nadine Allione (Syndicat des Producteurs de Châtaignes du Var)

Vice-président : Daniel Vernol (Syndicat de Défense de la Châtaigne d'Ardèche)

Trésorier : Daniel Mathieu (Union Languedoc-Roussillon des Acteurs Castanéicoles)

Secrétaire : Pasquin Flori (Groupement Régional des Producteurs et Transformateurs de Châtaignes et Marrons de Corse).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui