L'Union Paysanne 12 juin 2015 à 08h00 | Par Henri Demontjean

Tous unis contre le cynips

Présent au niveau de la châtaigneraie corrézienne depuis quatre à cinq ans, le cynips préoccupe la profession.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La Chambre d’agriculture, la mairie d’Ussac, le Conseil départemental de la Corrèze, EDF, la Comité interprofessionnel de la noix et de la châtaigne du bas Limousin, l’Union châtaignes Périgord Limousin, la Fredon (Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles) au coude à coude contre le cynips.
La Chambre d’agriculture, la mairie d’Ussac, le Conseil départemental de la Corrèze, EDF, la Comité interprofessionnel de la noix et de la châtaigne du bas Limousin, l’Union châtaignes Périgord Limousin, la Fredon (Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles) au coude à coude contre le cynips. - © HD

Le cynips du châtaignier est un insecte parasite de très petite taille mais qui provoque de très gros dégâts dans la châtaigneraie limousine.

Venu de Chine, il se développe très rapidement sur la plupart des variétés locales ou hybrides provoquant des baisses de rendement pouvant aller jusqu’à 80%.

Concrètement le cynips pond des œufs dans les bougeons des ar-bres ce qui provoque l’atrophie des feuilles, limitant ainsi la photosynthèse et entrainant à terme le dépérissement.

 

Filière châtaigne corrézienne

En Corrèze, les dégâts vont frapper de plein fouet l’économie agricole puisque le verger départemental représente environ huit cents hectares pour une production de mille tonnes de fruits récoltés chaque année.

Par conséquent, la lutte contre la propagation du cynips revêt un intérêt économique majeur pour le maintien et le développement de la filière châtaigne aussi bien pour le fruit que pour la valorisation forestière. Mais le châtaignier est aussi une essence à forte représentation patrimoniale et paysagère.

 

Les torymus mâles et femelles sont lâchés sur les feuilles parasitées. Les femelles pondent leurs œufs dans les galles et les larves de torymus détruisent les larves du cynips.
Les torymus mâles et femelles sont lâchés sur les feuilles parasitées. Les femelles pondent leurs œufs dans les galles et les larves de torymus détruisent les larves du cynips. - © HD

Tous unis contre le cynips

Pour lutter le plus efficacement possible face à ce fléau, la profession a choisi de privilégier la lutte biologique en introduisant un prédateur du cynips à savoir le torymus sinensis. Ainsi un programme de lutte a été élaboré par le Comité d’étude interprofessionnel de la noix et de la châtaigne du bas Limousin, et la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles (Fredon) avec l’appui technique de la Chambre d’agriculture.

Par ailleurs financièrement le Conseil départemental de la Corrèze et EDF agence «une rivière - un territoire» ont répondu favorablement et respectivement à hauteur de 11.300 euros et 12.000 euros au programme de lutte évoqué ci-dessus.

Ce programme s’est traduit par deux cent dix lâchers de torymus chez les castanéiculteurs corréziens. De plus trois sites réservoirs ont été choisis à Allassac, Beynat et Migoule (commune d’Ussac) pour conserver et multiplier le prédateur et permettre de nouveaux lâchers les années suivantes.

En somme les initiateurs de ce programme de lutte ont présenté un front uni face à ce fléau et fait le maximum pour que la filière châtaigne se développe à nouveau dans les années qui viennent.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui