L'Union Paysanne 26 juin 2015 à 08h00 | Par Richard Zizert

Une production de qualité mais des résultats en baisse

L’assemblée générale de la société coopérative agricole Les Eleveurs Corréziens (LEC) s’est tenue à la salle des assemblées de l’immeuble consulaire de Tulle le 16 juin dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des opportunités de marché sont possibles  grâce au potentiel de production de la race limousine et au savoir-faire des éleveurs.
Des opportunités de marché sont possibles grâce au potentiel de production de la race limousine et au savoir-faire des éleveurs. - © Richard Zizert

Sous la Présidence de Ser-ge Fraysse, les éleveurs présents ont dressé un bilan de leur coopérative sur l’année écoulée. Alain Passerieux, directeur de l’organisation s’est chargé du rapport d’activité.

 

Près de six mille bovins commercialisés

La coopérative compte cent soixante adhérents, cent seize qui vendent 100 % de leur production par le biais de la coopérative et quarante-quatre qui fournissent 75 % de la production. Cela représente neuf mille six cents vaches. Dans le détail, six mille quatre cent vingt-six bovins sont commercialisés en trois catégories : 46 % en bovins finis, 47 % en animaux maigres et les 7 % restant en animaux reproducteurs.

L’ensemble de la production de la coopérative LEC est commercialisé via l’union de coopératives Sofrelim. Celle-ci a réalisé pour l’année écoulée un chiffre d’affaires de 7 938 509 €, un résultat en baisse de 2,9 % par rapport à 2013.

Lors de son intervention, le directeur de l’OP, Alain Passerieux, a souhaité évoquer les opportunités de marché. Elles sont possibles grâce au savoir-faire des éleveurs adhérents et à leur potentiel de production pour la race Limousine. «Notre production en veaux sous la mère doit se maintenir, car elle reste une production à forte valeur ajoutée. Cependant, elle doit se moderniser afin d’alléger les charges de travail pour attirer la nouvelle génération», a-t-il réaffirmé.

 

Vers une fusion ?

Il est également intervenu sur la nécessité d’une production de broutards de qualité qui est reconnue par les engraisseurs italiens. «Le développement de la finition chez les naisseurs et naisseurs-engraisseurs est aussi une alternative. Enfin, le revenu et son amélioration passera forcément par des exigences techniques fortes (productivité numérique du troupeau, pour le VSLM, une exigence qualitative notamment sur la couleur de la viande, des performances d’engraissement indispensables pour obtenir une bonne marge…)».

Serge Fraysse, président du LEC, est revenu dans son rapport moral sur la baisse de production qui est engagée depuis plusieurs années et sur un renouvellement des générations qui est difficile à opérer. Il a évoqué la piste de réflexion de son conseil d’administration sur une éventuelle fusion du LEC avec GLBV qui est partenaire de la coopérative depuis sa création. «Sachez que c’est dans le sens des intérêts des éleveurs que nous oeuvrons», a-t-il averti.

Trophées qualité 2014

 

Comme chaque année, selon quatre catégories, la coopérative a distingué quatre de ses adhérents.

Label veau fermier du Limousin : Joëlle Soulier, à Sainte-Féréole/

Broutards Limousins : Christophe Dubois à Vigeois.

Label limousin Junior : Gaec de Boussely à Salon La Tour.

Label Bœuf Limousin : Gaec Bretagnolle au Lonzac.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui