L'Union Paysanne 29 septembre 2017 à 08h00 | Par Richard Zizert

Une situation alarmante qui nécessite des solutions à court terme !

Les producteurs de noix vont connaître une saison difficile, leur récolte 2017 s’annonce catastrophique pour la plupart autour du bassin de Meyssac. Rencontre un jeune agriculteur très inquiet de la situation actuelle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Richard Zizert

Pierre Chaulet est installé depuis 2014, il est en Gaec avec son père, René et sa mère, Lucienne sur la commune de Meyssac. Le Gaec mène de front une production de veaux sous la mère avec quatre-vingt-dix mères et une production de noix de dix-huit hectares de noyers répartis sur Meyssac, Collonges la Rouge, Chauffour, et dans le Lot.

 

Des conséquences désastreuses du gel

«La production végétale, c’est ce que je préfère, rapporte Pierre. A mon installation, j’ai planté deux mille noyers dans le but d’augmenter notre tonnage (en passant à terme de 20 à 40 tonnes de noix). En année normale, on produit environ vingt tonnes de noix de variété Marbot, Franquette et Lara. Cette année, nous comptions en produire plus puisque deux hectares de jeunes noyers allaient entrer en production».

 

Retrouvez l'intégralité de cet article dans l'édition du 29 septembre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui