L'Union Paysanne 08 décembre 2010 à 11h11 | Par TA

Vie syndicale - Assemblées générales sous la neige

Les Syndicats locaux du canton de Bort les Orgues se sont réunis en assemblée générale le 30 novembre dernier afin d’effectuer le renouvellement des présidents en cette année élective.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

C’est par une météo particulièrement difficile et enneigée que se sont déplacés les adhérents de FDSEA sur le canton de Bort les Orgues. En effet, les assemblées de cette année sont très importantes puisque la FDSEA effectue le renouvellement de ses syndicats locaux. Les réunions ont été données à Thalamy, Margerides et Sarroux tout au long de la journée. Entre autres sujets abordés : le blocage de l’abattoir d’Egletons pour la défense des prix payés aux producteurs, le bilan d’activités de la FDSEA de la Corrèze ainsi que les points d’amélioration économique de l’élevage allaitant.

 

Défense du prix de la viande

Bien que l’accord national ne soit pas totalement satisfaisant pour la profession, la FDSEA de la Corrèze restera vigilante quant à l’application de celui-ci. En effet, Bigard s’est engagé sur la généralisation des machines à classer dans ses abattoirs et l’interprofession s’est engagée à travailler sur le renforcement de l’export et à promouvoir la consommation de viandes bovine. Daniel Couderc, délégué cantonal, a salué la mobilisation des adhérents du canton.

 

Bilan d’activité de la FDSEA

Le bilan d’activité de la FDSEA a également été présenté aux adhérents : il faut rappeler que la FDSEA, en plus du service syndical (défense des droits des agriculteurs, manifestations, réunions d’information…), effectue des actions de promotion du métier agriculteur, représente les agriculteurs auprès des impôts et est également la seule instance représentant les employeurs de main-d’œuvre en secteur agricole.

Points faibles de l’élevage allaitant

Le dernier sujet abordé est une étude de l’institut de l’élevage montrant les points critiques influant sur le revenu de l’exploitation. L’étude montre que les points essentiels à surveiller sont la consommation de concentrés et le paillage pour les charges opérationnelles, les charges de mécanisation, de bâtiment et de main-d’œuvre pour les charges de structure. L’étude fait aussi ressortir le fait que l’on ne peut pas agrandir un élevage indéfiniment. Pour Daniel Couderc : «contrairement à d’autres productions où la mécanisation permet de poursuivre l’augmentation de la productivité par agriculteur, l’élevage est limité par le facteur humain, un éleveur ne pouvant pas augmenter sa charge de travail au delà d’un seuil, c’est un axe à mettre en évidence pour défendre l’élevage en zone défavorisée dans le cadre de la nouvelle Pac».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui