L'Union Paysanne 28 octobre 2011 à 10h15 | Par SF

Vie syndicale - Clôture de l’opération paille… la sécheresse joue les prolongations

Les membres du bureau de la FDSEA se sont réunis le 24 octobre pour faire le tour de l’actualité et des opérations en cours et à venir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La nouvelle enquête sécheresse doit confirmer, sinon amplifier, les pertes subies.
La nouvelle enquête sécheresse doit confirmer, sinon amplifier, les pertes subies. - © FDSEA 19

Les membres du bureau de la FDSEA, sous la présidence de Tony Cornelissen, ont analysé successivement le contexte dans lequel évolue actuellement l’agriculture corrézienne entre une opération paille en voie de finalisation, une seconde sécheresse dite « d’automne », les suites du dossier calamité et les rejets induits qui préoccupent le syndicalisme FDSEA et JA.

 

L’opération paille : fin le 3 novembre

Grâce à la mobilisation de tous et plus particulièrement des 300 bénévoles d’Etampes à Brive, le dernier train arrivera en Corrèze le 3 novembre prochain. A cette occasion, les responsables de la SNCF qui ont aussi contribué à la réussite de cette opération, les services de l’Etat, les présidents des collectivités territoriales (Conseil général, Conseil régional), suivront la dernière botte de paille dans une exploitation. En guise de remerciement, les présidents de la FDSEA et des JA offriront la collation de clôture « pour bons et loyaux services » et que tous en soient d’avance remerciés. Les détails de rapatriement des matériels, tout comme la facturation (principe de versement d’un second acompte avec lettre d’explication) ont été actés.

 

La loi sur les calamité toujours aussi problématique.
La loi sur les calamité toujours aussi problématique. - © FDSEA 19

Opération maïs ensilage enrubanné : demande supérieure à l’offre

La FDSEA a lancé comme l’an passé une seconde opération de ce type. De prime abord les demandes sont bien supérieures aux disponibilités. Les responsables de la FDSEA se mettent en quête de trouver les quantités supplémentaires nécessaires pour couvrir l’ensemble des besoins. Pour l’heure, faute de réponses définitives de la part des vendeurs, les commandes sont enregistrées sur liste d’attente.

Peu connu, le fourrage dit «espagnol» connaît un certain succès qui reste à finaliser.

 

Dossier calamité : nouvelle enquête et dossiers rejetés

Après une sécheresse de printemps, un été des plus pluvieux, pour les responsables FDSEA et JA une seconde sécheresse «dite d’automne» est venue s’ajouter à l’inquiétude des agriculteurs, qu’ils soient éleveurs ou producteurs de fruits, notamment de noix.

Le constat est simple, les quelques stocks reconstitués en regain sont aujourd’hui sans lendemain.

Pas de pluies, des gelées précoces induisent des prés paillassons sur lesquels les éleveurs affourragent depuis plusieurs semaines les troupeaux. D’où l’explosion des commandes supplémentaires précédemment énoncées. Mais c’est sur l’ensemble des dossiers rejetés pour cause de diversification que le débat s’instaure.

D’abord, une condamnation unanime de l’actuelle loi sur les calamités vieille de 50 ans. Loi inadaptée et incohérente au regard des nouvelles règles économiques, de la volonté agricole prônée comme la diversification qui exclut les éleveurs du dispositif d’indemnisation.

Enfin la FDSEA et les JA comptent sur la seconde mission d’enquête prônée par l’Etat pour confirmer voire amplifier selon les secteurs et productions, les pertes ainsi subies (et indemnisation en conséquence).

La FDSEA et les JA solliciteront dans les prochains jours le Conseil général pour pallier les déficiences de l’Etat, rétablir le principe d’équité «car tout UGB doit bénéficier d’une indemnisation».

Les membres du bureau ont conclu leurs travaux sur l’articulation des prochaines assemblées communales qui auront pour thème le verdissement de la nouvelle Pac, la politique des structures, la sécheresse avec notamment la conduite des différentes opérations et plus précisément «l’opération collective solidarité paille» au coût de 90 ou 110 €/T qui a conduit, avec 85 % de matière sèche, à moraliser le marché de l’approvisionnement, «quoi qu’en disent nos détracteurs».

 

Opération paille

Une rencontre pour tous ceux qui ont participé à l’opération est prévue le 3 novembre à l’arrivée du dernier train.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,