L'Union Paysanne 26 janvier 2011 à 09h59 | Par VM - FS - FDSEA 19

Vie syndicale - La transparence est une exigence

Le premier conseil d’administration de la FDSEA de l’année s’est déroulé vendredi dernier à Tulle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Incompréhension sur les paiements et libellés des aides Pac : un système à revoir.
Incompréhension sur les paiements et libellés des aides Pac : un système à revoir. - © DR

Les délégués cantonaux et membres des sections sociales et spécialisées se sont réunis ce vendredi 21 janvier sous la présidence de Tony Cornelissen pour débattre de l’ensemble des dossiers agricoles qui, en ce début d’année, interrogent notre secteur.

 

Assemblée générale de la FDSEA

Le nouveau président de la FNSEA, Xavier Beulin, sera notre invité national à la prochaine assemblée générale de la FDSEA le 12 avril 2011. Compte tenu de ses nouvelles fonctions et implications dans les négociations communautaires et internationales, sa vision des marchés agricoles doit donner des perspectives sinon prospectives aux agriculteurs corréziens.

 

Retour sur le blocage de Charal

«Il y a eu des problèmes de communication, les agriculteurs l’ont mal vécu. Les gens étaient motivés et se sont mobilisés. Soit une réussite sur le plan de la mobilisation, mais une sortie de manifestation incomprise qui laisse quelques aigreurs». Seul lot de consolation «Bigard est revenu à l’interprofession avec des infléchissements notamment sur la machine à classer, en espérant que les promesses signées seront tenues».

Trois mois après, il n’y a guère de résultat tangible sur les prix. Dans un contexte de consommation difficile, de manque de fourrage et de trésoreries à sec, le marché du broutard n’est pas au mieux de sa forme, les animaux de réforme sont nombreux non finis.

Les grilles de prix ne montrent pas de réelle augmentation. D’où de grosses interrogations sur leur fiabilité, la transparence du marché.

La contractualisation en viande bovine semble plus facile à dire qu’à faire, à l’instar de celle entamée notamment production laitière.

Le rapport Chalmin synthétise un peu vite que personne ne gagne d’argent dans la filière. En y regardant de plus près, on remarque que les charges augmentent pour les GMS et pour les producteurs, mais les GMS ont l’avantage de répercuter le prix aux consommateurs, pas les producteurs. Le bilan est mitigé, qui laisse la profession agricole sur sa faim. «Y rien à voir, circulez» pourrait être sa conclusion.

 

Les charges qui augmentent encore et toujours

L’aliment augmente, le fioul augmente, l’engrais augmente, les taxes augmentent, les factures d’eau et d’électricité augmentent… tout augmente alors que les prix des produits ne cessent de baisser. Terrible constat pour une profession dont rien n’est indexé sur le Smic.

Que dire des retraites déjà très faibles sur lesquelles s’ajoute les perpétuels prélèvements CSG (contribution sociale générale) et CRDS (contribution pour le remboursement de la dette sociale) ?

La FDSEA va engager une étude (sujet déjà abordé, mais faute de temps pas encore réalisé) sur l’évolution des charges, notamment les charges franco-francaises qui pèsent sur nos exploitations, et Dieu sait si elles sont nombreuses au sein de notre profession ; la France étant devenue dans ce domaine la cham-pionne toutes catégories.

De Donzenac à Seilhac, un large tour d'horizon des dossiers.
De Donzenac à Seilhac, un large tour d'horizon des dossiers. - © DR

Le nouveau fioul

Encore une contrainte supplémentaire qui vient grever le budget fuel, avec au passage une probable augmentation du coût : cuve à remplacer ou double cuve, nettoyage obligatoire, faible durée de stockage… bref la totale, avec en point de mire la remise en cause du parc «vieux tracteurs».

Suite à cette nouvelle contrainte, la FDSEA va demander une aide pour l’achat de cuves en plastique au Conseil général.

 

Le manque de fourrage

Constat alarmant, problématique dure à résoudre «il y a un manque énorme de fourrage et de paille en Corrèze». Céréales, pailles et foins sont rares donc chers. «L’agriculture corrézienne est devenue dépendante de tout. Les règlements successifs de la Pac et les soutiens qui en découlent ont figé les assolements PP, PT+ de cinq ans, PT, qui de fait ont sclérosé les rotations, plus de céréales, donc de paille, manque de fourrage». La gestion ainsi que l’autonomie des exploitations est à revoir et en terme de développement à repenser.

Pour pallier ce déficit, la FDSEA propose une opération de maïs concassé, qui ramené à la valeur énergétique est actuellement moins cher que le foin.

De plus la FDSEA propose et va inciter les exploitations à renforcer leur surface en maïs en sollicitant l’accompagnement du Conseil général pour son implantation.

 

Préparation des réunions cantonales

Les thèmes abordés lors des réunions cantonales seront la Pac de 2013 à 2020, la contractualisation et la Loi de modernisation agricole, et bien sûr l’élection du délégué cantonal et des représentants des différentes sections ou groupes de travail.

La contractualisation, inscrite dans la loi, applicable au 1er janvier de l’année en cours doit être déclinée par filière.

Pour le lait, les contrats devront être présentés aux agriculteurs le 1er avril. Les négociations et conditions des contrats sont faites par une organisation de producteurs : OCEP.

Mais selon les secteurs, il reste beaucoup de zones d’ombres à élucider notamment sur le marché de la viande bovine. Quelles applications sur les foires, au marché au cadran ? Et le président de souligner «que les pays nordiques n’ont déjà plus de marchés physiques, les ventes s’effectuant par internet».

 

 

Conjoncture pommes

En 2009, la conjoncture pommes était plutôt médiocre. Cette année relevons avec satisfaction que les prix sont meilleurs, mais le résultat final guère plus encourageant pour cause de russeting, avec moins de pommes en prix AOP. Les résultats sont donc très hétérogènes d’un verger à l’autre. Point positif de 2010, les marchés russes et espagnols favorisent l’écoulement de la marchandise.

Les membres présents ont été sensibilisés aux arboriculteurs de Vigeois en procès, et un débat s’instaure sur les conditions de production, mais, outre les problématiques propres à cette production, le président Cornelissen élargit le débat sur l’occupation du foncier, l’implantation des maisons, les permis de construire et les certificats d’urbanisme à délivrer. Resserrer l’espace de l’habitat et instaurer une discipline d’autorisation de construction plus draconienne semble la voie à privilégier.

 

Point sur la FCO

La vaccination n’étant plus prise en charge par l’Etat, les éleveurs constatent une certaine anarchie et hausse des prix, disproportionnée d’un secteur à l’autre, et plaident en l’occurrence pour une harmonisation départementale.

 

Le dégât des gibiers

Une enquête va être instaurée pour connaître l’importance des dégâts de gibiers sur chaque commune et comment les sociétés de chasses gèrent ce dossier devenu crucial pour la profession.

 

Réglementation, environnement

Le président souligne quel-ques assouplissements dans le domaine des seuils réglementaires liés aux regroupements d’exploitations. «Cela peut être intéressant au niveau de la Corrèze pour amener de la plus value, du développement et de la compétitivité en regroupant, par exemple, une exploitation de broutards avec une exploitation de palmipèdes». Il s’interroge par la même occasion sur la carte des cours d’eau et zones humides de plus en plus problématique.

 

DPU et versement des aides

Si l’unanimité est faite sur le bienfait et versement des soutiens aux producteurs, il a été souligné qu’une nébuleuse profonde est instaurée dans les libellés et calculs détaillés des aides. Les éleveurs réclament le détail ligne par ligne du calcul des différents soutiens. Entre prélèvement pour découplage, modulation, mixage du versement des DPU historiques, supplémentaires, et prime herbagère, c’est à n’y rien à comprendre. Voulus ou non par l’État, des éclaircissements s’imposent entre le versé le non versé,… pour fait de contrôle, de restriction budgétaire. Bref, un ensemble de chose à revoir.

C’est sur ce dernier dossier nécessitant plus de compréhension et de transparence que le président a conclu ce premier conseil de l’année.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui