L'Union Paysanne 15 novembre 2013 à 08h00 | Par RZ

Vin - 2013, une année mi-figue, mi-raisin

Avec une année marquée par des conditions météos qui ont perturbé le développement de la vigne, la récolte viticole 2013 s’annonce comme une année faible en quantités. Cependant, les viticulteurs assurent que cette année devrait tout de même aboutir à un bon millésime.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La qualité du millésime 2013 sera connue dans quelques mois.
La qualité du millésime 2013 sera connue dans quelques mois. - © Photo d'archives

Les vendanges 2013 ont commencé sur le tard. Les vignerons de Corrèze auront connu des mois compliqués qui feront de 2013 une année noire, faible en tonnages.

 

Une météo capricieuse…

Il faut dire que niveau climat, l’année 2013 aura été perturbée. Un hiver qui a duré, avec des mois d’avril et mai froids et humides, aura entrainé un retard de développement des grappes. De plus, la floraison a eu lieu durant des périodes très pluvieuses au printemps, ce qui a entrainé la perte de raisins sur plusieurs grappes. Mais l’espoir des viticulteurs avait repris au cours d’un été qui s’était avéré chaud, sec et ensoleillé.

Ceci aura permis aux grappes de récupérer le retard occasionné au printemps. Sauf que septembre est arrivé avec beaucoup de pluie et d’humidité. Résultat, les raisins ont de nouveau été retardés dans leur développement pour arriver à maturité. Cela sans compter qu’avec cette humidité, les maladies se sont développées. Notamment le bodritys, pourriture qui attaque la grappe de raisins.

 

Les vendanges ont débuté fin septembre, avec trois semaines de retard.
Les vendanges ont débuté fin septembre, avec trois semaines de retard. - © Photo d'archives

… Une récolte faible en quantités…

Ainsi, en Corrèze, les vendanges ont débuté fin septembre, avec trois semaines de retard. Pour les exploitations automatisées, le ramassage s’est fait sur une période réduite. Ce qui n’a pas été le cas des vignes dont la cueillette est manuelle. A cause de la pluie, les vendanges ont été tronquées. Sur certains secteurs, elles se sont étalées de mi-septembre jusqu’à fin octobre. La faute à la pluie, qui est souvent venue jouer les trouble-fêtes. Les quantités ont donc été considérablement amoindries.

Toutefois, certains vins ne seront pas commercialisés avant deux années. Les répercussions de ce faible tonnage ne seront pas immédiates. En effet, les vins actuellement en vente sont ceux des années précédentes qui avaient été plus importantes en quantités. Les viticulteurs ne connaîtront pas les conséquences de la récolte 2013 avant deux années. Il sera alors soulevé une question compliquée : comment satisfaire l’ensemble de la clientèle avec une quantité restreinte.

 

… Mais une qualité probable au rendez-vous

Cependant, si tous annoncent une année faible en tonnages, 2013 devrait être un bon millésime. Surtout pour le vin rouge : la chaleur et l’ensoleillement estival auront tout de même sauvé la qualité car les raisins auront pu compenser le retard du printemps froid. Actuellement, le raisin vendangé a été pressé, et son jus est actuellement placé dans des cuves où il va séjourner durant quelques mois, le temps de sa vinification jusqu’à la fin des fermentations alcooliques.

C’est à l’issue de cette étape cruciale que la réelle qualité du millésime 2013 sera révélée. Mais pour cela, il va falloir faire preuve de patience car il est bien connu que le vin se bonifie avec le temps.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui