L'Union Paysanne 24 janvier 2014 à 08h00 | Par UP 19

Visite en Corrèze - Vœux de François Hollande aux Corréziens

’Union paysanne vous propose la partie agricole du discours de François Hollande lors de la cérémonie des vœux aux Corréziens qui s’est tenue à Tulle, dans la nouvelle salle de l’Auzelou, samedi dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«…L’égalité des territoires, c’est aussi le développement de l’agriculture. J’ai toujours considéré que l’agriculture c’était un atout pour la France. Longtemps, dans les négociations européennes, la France défendait la politique agricole commune comme si c’était une prérogative nationale, comme si on défendait les agriculteurs et seulement les agriculteurs français. En fait, aujourd’hui, tous les Européens se rendent bien compte que si on veut que l’alimentation soit de qualité, qu’on puisse assurer la sécurité, qu’on puisse fournir en biens alimentaires tout le monde qui réclame ses produits, nous devons avoir une grande agriculture européenne.

C’est la raison pour laquelle nous avons bien négocié. Même la profession le reconnait – je la salue – et elle n’est pas généralement dispendieuse de compliments. Si nous avons bien négocié, c’est parce que cela a été un intérêt pour l’Europe toute entière. Ici, cela va avoir une traduction directe. Quand je dis ici, c’est dans les régions d’élevage. J’étais à Cournon d’Auvergne il y a quelques semaines, où j’ai pu traduire ce que nous avions obtenu, au plan européen, pour de meilleures aides notamment pour les productions animales.

Il y aura également une gestion des fonds européens qui nous permettra d’agir beaucoup plus et beaucoup mieux pour la ruralité. Cela sera bon pour l’élevage et les éleveurs qui verront augmenter les indemnités compensatrices de handicap et les primes à la production extensible.

Cela va se traduire par des hausses d’aides directes de près de 15% dans la nouvelle politique agricole commune. Pour la revalorisation du développement rural, c’est 600 millions d’euros qui pourront être apportés à la région Limousin. Elle en fera - je n’en doute pas - avec la profession, le meilleur usage pour moderniser les bâtiments d’élevage, pour installer les agriculteurs, pour faire en sorte que nous puissions favoriser toute les agricultures et notamment la production herbagère…».

Réactions des responsables agricoles du département

Comme un seul Homme

 

Il est vrai que la profession avait salué les annonces de Cournon, tout en restant vigilante sur les actes et les modalités d’application sur nos territoires. Seulement, les dernières conclusions du CSO ne sont pas «claires» et la baisse de l’enveloppe des soutiens couplés réservés à la filière bovin viande, survenue entre Cournon (2 octobre 2013) et le CSO du 17 décembre, soulève un vent d’incompréhension sur les réelles motivations de l’exécutif quant à sa volonté de soutenir l’élevage dans les régions d’élevage, nuance qui a son importance.

Tony Cornelissen (président de la Chambre d’agriculture de la Corrèze), Daniel Couderc (président de la FDSEA de la Corrèze) et Guillaume Joie (président des JA) accompagné de Thibault Noilhetas (secrétaire général des JA), ont, comme un seul homme, invectivé le Président de la République à peine descendu de l'estrade, pour lui signifier que cette baisse d’enveloppe était incompréhensible au vu de la priorité annoncée à Cournon, celle de soutenir l’élevage dans les zones difficiles. Les responsables agricoles départementaux ont donc demandé au Président de la République de veiller à ce que ses services exécutent les directives qu’il avait données à Cournon.

VS

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,